• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

église

Le complexe abbatial de Notre-Dame du Val fut un lieu de sépulture assez prisé à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Par-delà le cimetière précédant la façade de l’église, de nombreux tombeaux et plates-tombes, souvent armoriés, parsemaient le sol de l’église, des galléries du cloître et de la salle capitulaire. Elles scellaient les sépultures des abbés et d’autres notables de la région qui avaient acquis le droit de sépulture en raison de leurs actions en faveur de l’institution. Parmi ces bienfaiteurs on comptait les seigneurs de Chambly, ceux de l’Isle-Adam et les Montmorency (Gallia Christiana 1744, col. 875).

Les ravages causés par la Révolution et par la vente de l’abbaye comme bien national ont porté à la dispersion et à la destruction de tous ses apparats ornementaux. Parmi les monuments funéraires encore visibles à la fin du XVIIIe siècle, seulement quatre furent momentanément sauvegardés : transportés en 1792 dans l’église paroissiale de Mériel, ils ont été toutefois brisés en morceaux lors de la réfection du carrelage du chœur de l’église en 1864-1866. Les quelques fragments récupérés par la suite – dans les constructions du village (Hérard 1901, p. 119 ; Guilhermy 1875, p. 380) et dans les bâtiments attenant l’église (ibid. p. 383) ou encore dans les fouilles réalisées à l’emplacement de l’ancienne église (ibid., p. 389) – sont actuellement conservés dans une salle de l’abbaye (Faucher 1989, p. 57-58, 61).

Les sources indirectes, textuelles et graphiques, ont cependant gardé la trace des tombeaux que l’on pouvait encore admirer dans l’abbaye entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Les dessins de la collection de Rogier de Gaiginières (Collecta), le manuscrit rédigé en 1643 par le sous-prieur Nicolas de Sainte-Marie (Paris, BnF Fr. 14450), l’Histoire des mausolés et tombes de l’abbaye du Val écrite par Nicolas de Saint-Mesmin en 1741 (AD Oise, 44H1 95.3140) sont d’ailleurs des sources précieuses pour reconstruire l’emplacement originaire de quelques-unes de ces sépultures. Nous savons en effet que certains tombeaux ont été déplacés lors des travaux réalisés par les Feuillants à partir de 1672, qui ont comporté, entre autre, la surélévation du sanctuaire (Lebeuf 1755, p. 211, p. 214 ; Foucher 1998, p. 14, 26). Lebeuf (1755, p. 211), alors qu’il remarquait le « grand nombre de tombes et de sépultures dans cette église », observait en effet également qu’ « elles sont presque toutes réunies dans la croisée devant le grand autel ou placées du côté méridional ». D’autre part, d’après les informations disponibles, les sépultures les plus prestigieuses, en général accompagnées par un décor héraldique, se concentraient dès l’origine autour du maître-autel (armoiries 8-15) et dans les chapelles latérales (ou en leur proximité) (armoiries 16-19). Le chapitre et l’aile sud du cloître étaient également des endroits prisés pour des sépultures privilégiées (armories 24-30 et 20-22).

Tombeau de Charles de Montmorency et Péronelle de Villiers. Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (Gaignières, © Collecta).

Sur la base des indications fournies par les sources, souvent très synthétiques et parfois contradictoires, nous avons essayés d’identifier l’emplacement originaire des tombeaux armoriés connus et de le traduire sur un plan, assez schématique, de l’édifice (voir le plan en annexe). A défaut d’études archéologiques, celui-ci demeure très sommaire et, par conséquent, devra être considéré comme un document de travail, susceptible d’être modifié au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le complexe monastique.

Malgré ces approximations, ce plan nous permet d’apprécier les efforts accomplis par certaines familles afin de réunir les sépultures de leurs membres au même endroit. Comme dans une sorte de théâtre héraldique, les armoiries reproduites sur les tombeaux permettaient ainsi aux lignages de s’imposer visuellement dans l’espace sacré et de s’en approprier de manière symbolique. Au XIIIe siècle, les trois chevaliers de la famille de Vallangoujard furent ainsi enterrés, l’un à côté de l’autre, dans la gallérie méridionale du cloître (armoiries 20-22). Les seigneurs de l’Isle-Adam occupèrent en revanche le chapitre (armoiries 25-27, 29-30). Il s’agit d’un lieu de sépulture de grand prestige qui, sans doute, leur fut accordé en signe d’hommage vers les premiers bienfaiteurs de l’abbaye : Notre-Dame du Val avait en effet été fondée en 1127 par Anseau de l’Isle-Adam, qui en fut aussi parmi les premiers bienfaiteurs, comme d’ailleurs ses familiers qui, dans le temps, continuèrent à élargir des donations et des legs importants à la communauté religieuse (Depoin 1885, p. 11 ss.). Dans ce cas, toutefois, nous sommes incapables de dire si cette disposition était d’origine ou si elle avait été créée au début du XVIIe siècle, quand l’abbé Henri de Gondi (élu en 1606) fit rehausser le sol de la salle du chapitre utilisant « plusieurs tombes qu’il retira de différents endroits, mais principalement de la vieille église » (Jean de Saint-Eustache, cité par Foucher 1998, p. 104). Les mêmes doutes planent sur les sépultures des Le Saunier et des Chably. Les premières, situées dans le chœur de l’église à la fin du XVIIe siècle (armoiries 5-9, 18), pourraient avoir été déplacées, au moins en partie, lors des travaux réalisés par les Feuillants dans le sanctuaire de l’église. Nous pouvons imaginer que les tombeaux des Chably avaient été également déplacés à ce moment (armoiries 14, 16, 28). Il aurait été en effet logique de les trouver dans la croisée nord du transept et dans la chapelle des Douze Apôtre (transformée en sacristie au XVIIe siècle), deux espaces timbrés par les armes de la famille (armoiries 1, 2).

Quinze tombeaux armoriés étaient conservés dans l’église abbatiale avant sa destruction. La majeur partie d’entre eux était distribuée dans le chœur, notamment auprès du maître-autel. Près de la porte d’entrée au chœur, mais du côté du sanctuaire, se trouvait la plate-tombe de Robert Le Saunier († 1363), chanoine de l’église Notre-Dame de Poissy, et de Guillaume Le Saunier, dit Flavacourt, son frère (armoirie 5) (Gaignières, BnF, Rés. PE-11A-PET-FOL, f. 70: Collecta) : ce dernier est accompagné par un bouclier aux armes de la famille qui permet d’identifier les défunts et, en même temps, qualifie Guillaume comme chevalier. Devant le bénitier du chœur était placée la tombe (armoirie 6), elle aussi double, de Guillemin Le Saunier, écuyer, et N… sa femme († 1329), veuve de Pierre de Bournonville (Gaiginieres, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 73 : Collecta) : si l’homme, en tant que chevalier, exhibe les armes familiales sur le bouclier qui fait partie de sa panoplie (armoirie 6a), des écus chargés de l’armoirie de la femme sont placés d’un côté et d’autre de son portrait (armoiries 6b-c) (la tombe fut par la suite déplacée dans la croisée nord du transept, près de l’escalier qui allait au dortoir : Hérard 1901, p. 97).

Nous approchant à l’autel, nous aurions pu admirer, du côté de l’évangile, la plate-tombe du juge Jean Le Saunier († 1340, selon Lelong 1775, t. 4, p. 115, num. 57) (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 72 : Collecta) (armoirie 8) et, du côté de l’épitre, celle de Marie († 1329), femme de Pierre Le Saunier (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 71: Collecta) (armoirie 9). Dans le relevé de Gaignières les écus placés d’un côté et d’autre du portrait de la défunte ne portent aucune trace d’armoirie : il est probable qu’ils avaient été sculptés dans un autre matériel et encastrés dans la plate-tombe, mais qu’ils avaient été détachés ou perdus avant la fin du XVIIe siècle (la dalle a été retrouvée au milieu du XIXe siècle dans une maison de Mériel où elle formait le foyer de la cheminée de la cuisine : Hérard 1901, p. 119 ; Guilhermy 1875, p. 379 ; Foucher 1989, p. 36). Décédé quelques années après sa femme, Pierre le Saunier († 1338), chevalier et maître de la chambre aux deniers de la reine de France (Allirot 2009), fut en revanche enterré dans la croisée nord du transept, près de la chapelle de la Vierge (armoirie 18) (Foucher 1989, p. 42) ; seulement au XVIIe siècle il fut transporté dans le chœur, du côté de l’évangile mais probablement dans les parages de la tombe de sa femme.

Plate-tombe de Marguerite de Beaujeu et Jeanne de Roucy, épouses de Charles de Montmorency, Mériel, Notre-Dame du Val (Gaignières,  © Collecta).

Datés entre 1337-1356 et 1535, quatre tombeaux armoriés étaient distribués aux pieds des marches du maître-autel. Le plus ancien, et le plus curieux, est celui réalisé par Charles de Montmorency pour donner sépulture à ses deux premières femmes (Gaignières, BnF, Res. PE-5-FOL, f. 83 : Collecta ; Montfaucon 1730, p. 290) : Marguerite de Beaujeu (†1337), qu’il avait épousée en 1330, et Jeanne de Roucy (ou Roussy) († 1356), qu’il avait épousée en 1341 (armoirie 10). Le monument, vraisemblablement réalisé après le décès de Jeanne, présente un décor héraldique assez intéressant. Six écussons armoriés sont sculptés dans la bordure encadrant la dalle, dans laquelle a été inscrit également l’épitaphe des deux dames : de chaque côté, les armoiries placées dans l’angle supérieur et dans celui inférieur portent les armes de la défunte : à dextre : parties Montmorency-Beaujeu pour Marguerite (armoiries 10 a, e), la première épouse à laquelle est donc réservée la première place, et mi-parties Montmorency-Roucy pour Jeanne (armoiries 10 b, f) ; la place au milieu est en revanche réservée aux armes pleines des familles des deux épouses : Beaujeu à dextre (armoirie 10c), Roucy à senestre (armoirie 10d). Les armoiries, intègrent ainsi l’inscription funéraire, et fournissent un complément essentiel pour tracer l’identité des défuntes dont les portraits, au moins d’après le relevé de Gaignières, ne semblent pas avoir été particulièrement caractérisés (des fragments de cette dalle ont été récupérés dans les bâtiments de l’abbaye où ils avaient été remployés au XIXe siècle : Hérard 1901, p. 108 ; Guilhermy 1875, p. 383 ; Foucher 1989, p. 34).

Quant à lui, Charles de Montmorency († 1381) avait été enterré dans la chapelle des Douze Apôtres, dans la croisée nord du transept (Jean de Saint-Eustache 1636, cité par Foucher 1998, p. 100), en compagnie de sa troisième femme Péronnelle de Villiers († avant 1415) (armoirie 19) (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 211 : Collecta). Ce fut probablement cette dernière qui commandita le tombeau en marbre noir (Duchesne 1624, p. 207 ; Guilhermy 1875, p. 382) : en effet, l’inscription funéraire n’a pas été complétée avec la date de mort de Péronnelle qui pourrait avoir été enterrée ailleurs (Duchesne 1624, p. 209 ; Guilhermy 1875, p. 383 ; d’avis contraire Montfaucon 1731, p. 191 ; Foucher 1989, p. 37). Comme dans d’autres tombeaux de la même époque, l’expression de l’identité héraldique du défunt est ici confiée à l’écu armorié qui complète la panoplie du chevalier (armoirie 19a). Trois angelots, disposés au-dessus de la tête des gisants, tenaient trois autres écussons, vierges dans le relevé réalisé pour Gaignières : ils auraient pu porter, probablement peintes, les armes Montmorency, Montmorency-Villiers et Villiers (armoiries 19b-d). Après la transformation de la chapelle en sacristie, ce tombeau fut d’abord déposé, en 1672, au milieu de la croisée sud du transept, proche du palier qui séparait l’autel de Saint-Thomas de Canterbury et celui de Sainte-Geneviève, probablement dans l’idée de rapprocher Charles à ses deux premières épouses (armoirie 10), puis, en 1792, dans l’église de Mériel (Foucher 1989, p. 41, 123) (Louis-Pierre Hérard possédait, au milieu du XIXe siècle, un des anges qu’il avait trouvé dans le grenier d’une maison de Mériel : Hérard 1901, p. 117, n. 1 ; Guilhermy 1875, p. 383).

Tombeau de Jacques de Villiers et Jeanne de Nesle. Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (Gaignières, © Collecta).

La plate-tombe des épouses de Charles de Montmorency (armoirie 10) était suivie par celle d’Ambroise de Villiers († 22 décembre 1502) (armoirie 11) (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 74 : Collecta). L’œuvre avait été commanditée en mars 1503 par son frère Louis, évêque de Beauvais et son exécuteur testamentaire, à un « marchand tombier » et sculpteur parisien avec des indications bien précises : « sur laquelle tumbe sera portrait et gravé la representacion d’un homme d’armes vestu de sa cocte d’armes les mains joinctes qui seront d’alebastre avecques le visaige et le bras des armoires et le fanon aussi [à savoir l’armoirie del Villiers] d’alebastre » (Des Méloizes 1890, p. 420 ). Dans la tombe, livrée le 3 aout 1504 (Des Méloizes 1890, p. 421), Ambroise est en effet habillé de son armure et d’une cotte d’arme qui reproduit la même armoirie représentée sur les écussons placés sur les deux côtés de la tombe, au milieu de l’inscription : un écartelé Villiers/Clermont-Nesle qui associe les armes de la famille paternelle du défunt à celle de sa mère, Jeanne de Nesle (armoirie 17). Cette dernière était d’ailleurs enterrée dans la même église avec son mari et père d’Ambroise, Jacques de Villiers. Le tombeau du couple, formé par un socle supportant la dalle avec les deux gisants sculptés en ronde-bosse, était placé soit dans le chœur de l’église, côté épitre (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 212: Collecta), soit – mais il s’agirait plutôt d’un déplacement successif – dans la chapelle Saint-Félix (Gallia Christiana 1744, col. 876 : Guilhermy 1875, p. 388 ; Hérard 1901, p. 86 qui tire l’information de Montfaucon). L’identité héraldique du couple était d’abord exprimée par leurs vestes armoriées (armoiries 17b-c) : Jacques († 1471), en armure, porte une cotte aux armes des Villiers, alors que son épouse († 1465), est habillée d’une veste aux armes parties Villiers/Clermont-Nesle. Ces mêmes armes sont reproduites sur le côté court du socle du tombeau (armoirie 17a) : il faudra se demander si les dalles ornées l’une des armes des Villiers, l’autre de celles des Clermont-Nesle, actuellement insérées dans les autels latéraux de l’église de Mériel n’appartenaient pas à cet ensemble.

Plate-tombe d’Antoine de Villiers et Agnès du Moulin, Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (Gaignières,  © Collecta).

Un riche et articulé ensemble héraldique marquait également le troisième monument placé aux pieds du maître-autel, celui d’Antoine de Villiers († 1504), seigneur de l’Isle-Adam et chambellan du roi, et de Agnès de Moulin († 1517), sa deuxième femme qu’il avait épousée en 1480 (armoirie 12) (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 68 : Collecta). Les portraits des deux défunts – Antoine est en armure et porte une cotte à ses armes (armoirie 12f) – sont insérés dans un encadrement flamboyant : une arcade double dont le trumeau est orné d’un écu penché timbré aux armes des Villiers, soutenu par un lion et une dame (armoirie 12e). Dans la bordure, le côté dextre est réservé à l’identité héraldique de l’époux, exprimée par deux écussons aux armes pleines de Villiers (armoirie 12a, c) ; celui de senestre exprime en revanche l’identité de l’épouse, par le biais de son armoirie de mariée (parti Villiers-Moulin) (armoirie 12b) et de celle de sa famille natale (armoirie 12d). A côté de ce tombeau et, plus précisément, « devant le maître autel, sous l’arcade supportant le clocher, du côté du midi » (Paris, BnF Fr. 14450, f. 41r , cité par Foucher 1998, p. 13), se trouvait le tombeau du susmentionné Charles de Villiers, évêque de Beauvais (armoirie 13). Il était formé par un socle en pierre avec des colonnes dans les angles en marbre noir, comme la dalle sur laquelle était appuyé le gisant (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 209: Collecta). D’après le relevé de Gaignières, l’armoirie du défunt était reproduite sur le côté occidental du socle, selon la mode de la Renaissance : portée par un écu en forme de chanfrein et encadrée dans une guirlande. Le monument fut par la suite déplacé deux fois : la première dans la chapelle des morts, en entrant à gauche près de la muraille (Faucher 1989, p. 24), la deuxième, en 1792, dans l’église de Mériel (Hérard 1901, p. 112 ; Foucher 1998, p. 123) où il a été retrouvé en 1981.

D’un côté et d’autre du maître-autel se trouvaient deux autres tombeaux, tous les deux constitués d’un socle surmonté par une dalle inscrite sur laquelle était posé le gisant. Louis de Chambly († 1340), chevalier et seigneur de Neauphle, était enterré à dextre de l’autel (Gaignières, BnF, Res. PE-5-FOL, f. 81 : Collecta) (armoirie 14). Il portait un écu qui n’était pas aux armes de sa famille (de gueules à trois coquilles d’argent), mais à celles des Mauvoisin (répétées six fois) à l’honneur de sa grand-mère, Isabeau, qui avait épousé, après 1295, Pierre VII de Chambly (Racines&histoire). Dans un souci de reconstitution de la lignée féminine du défunt, l’inscription funéraire rappelle aussi que Louis « fu fils de la fille o conte de Bourgoinne » (Collecta), à savoir d’Isabeau de Bourgogne, femme de Pierre VIII de Chambly. Robert d’Aunay dit Le Galois, sieur d’Orville, conseiller et chambellan de Charles V et Charles VI, était en revanche enterré à senestre de l’autel (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 210 : Collecta) (armoirie 15). Le monument fut transféré en 1792 dans le chœur de l’église de Mériel (Hérard 1901, p. 113) quand il avait déjà perdu son gisant (Guilhermy 1875, p. 387) vêtu d’une cotte armoriée (elle était encore peinte en couleurs à la fin du XVIIe siècle !).

Plate-tombe de Dreux de Villiers et Jeanne de l’Isle-Adam. Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (Gaignières, © Collecta)

A l’extérieur du chœur, dans le bas-côté nord – « dans l’aisle a gauche du chœur » affirme François-Roger de Gaignières, BnF, Res. PE-1C-FOL, f. 127 : Collecta) –, se trouvait la plate-tombe de Jean Le Saunier, trésorier de l’église d’Avranches († 1340) (Lebeuf 1755 : p. 213) (armoirie 7). Deux écussons aux armes de sa famille étaient placés, selon une solution très commune dans les plates-tombes « héraldiques », d’un côté et d’autre de son portrait, à niveau de la tête. En revanche, la plate-tombe d’Isabeau de Chambly, dame de Bouchet et femme de Nicolas-Louis d’Estouteville († 1361), était placée dans le bas-côté sud, devant la chapelle Saint-Félix (Gaignières, BnF, Res. PE-5-FOL, f. 82 : Collecta). Deux écussons accompagnaient son portrait : l’un aux armes d’Estouteville, en raison de son mariage, l’autre à celles des Chambly (Sigilla). Un seul monument funéraire armorié se trouvait, en revanche, dans la croisée nord du transept : celui, déjà mentionné, de Pierre Le Saunier de Montigny, chevalier et maître de la chambre aux deniers de la reine de France (Allirot 2009) (Gaignières, BnF, Res. PE-11A-PET-FOL, f. 69: Collecta). Vêtu de son armure, le défunt exhibe un bouclier à ses armes (armoirie 18). Deux fragments du tombeau ont été retrouvés par Hérard (1901, p. 119) au milieu du XIXe siècle remployés dans le cellier d’une maison de Mériel (voir aussi Guilhermy 1875, p. 380).

Finalement, dans le bas-coté nord de l’église, « proche la porte qui entre du cloistre au chœur » (Gaignières, BnF, Res. PE-5-FOL, fol. 78 : Collecta), se trouvait la plate-tombe de Dreux de Villiers, seigneur de Méry († 1280), et Jeanne de l’Isle-Adam, son épouse († 1276) (armoirie 20). Le chevalier Dreux porte les armes de sa famille – brisées toutefois par une croisette tenue par le dextrochère – sur le grand bouclier qui complète sa panoplie (armoirie 20a), alors que Jeanne – selon une solution que l’on a déjà rencontrée – se fait encadrer par deux écussons, l’un aux armes de son mari, l’autre à celles de son père (armoirie 20b-c).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/meriel-abbaye-notre-dame-du-val-eglise-sepultures/, consulté le 18/12/2018.

 

Bibliographie sources

Paris, BnF Fr. 14450, Nicolas de Sainte-Marie, Recueil des antiquitez de l’abbaïe di Val Nostre-Dame …

Bibliographie études

Allirot, Anne-Hélène, « L’entourage et l’Hôtel de Jeanne d’Evreux, reine de France (1324-1371), Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 116, 1, 2009, p. 169-180.

Depoin, Joseph, « Les sires de l’Isle et de Villiers bienfaiteurs de l’abbaye du Val », Mémoires de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Pontoise en Vexin, 8, 1885, p. 11-20.

Des Méloizes, Albert, « Marché passé en 1503 pour l’exécution d’une tombe dans l’abbaye de Notre-Dame-du-Val », Bulletin monumental, 6ème s., 6, 1890, p. 416-423.

Foucher, Serge, L’abbaye du Val à Mériel et ses tombeaux disparus, Paris, Editions du Valhermeil, 1989.

Foucher, Serge, Notre-Dame du Val : abbaye cistercienne en Val-d’Oise, Cergy-Pontoise 1998.

Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. 7, Province de Paris, Paris 1744.

Guilhermy, Ferdinand de, Inscription de la France du Ve au XVIIIe, t. 2. Ancien diocèse de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1875, p. 379-393.

Hérard, Pierre-Louis, Recherches archéologiques sur les abbayes de l’ancien diocèse de Paris, III. Notre-Dame-du-Val, Paris, V. Didron, 1853 (nouvelle éd. Id., Recherches archéologiques sur les abbayes de l’ancien diocèse de Paris, Paris, E. Hellé, 1901, p. 75-122).

Montfaucon, Bernard de, Les monuments de la monarchie françoise, t. 2, Paris 1730.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Guillaume Le Saunier (armoirie 5)

De … à la fasce de … chargée de trois fleurs de lys de …, accompagnée par trois alérions, deux en chef et un en pointe.

  • Attribution : Le Saunier, Guillaume ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Côté nord ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Guillemin Le Saunier (armoirie 6a)

De … à la fasce de … chargée de trois fleurs de lys de …, accompagnée par trois alérions, deux en chef et un en pointe.

  • Attribution : Le Saunier, Guillemin ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie N…, femme de Guillemin Le Saunier (armoirie 6b-c)

Mi-parti : au premier, de … à la fasce de … chargée de trois fleurs de lys de …, accompagnée par trois alérions, deux en chef et un en pointe (Le Saunier) ; au deuxième, de … au sautoir de … accompagné par quatre merlettes de …

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jean Le Saunier (armoirie 7a-b)

De … à la fasce chargée de trois fleurs de lis de … accompagnée de trois alérions de …, disposés deux en chef et une en pointe.

  • Attribution : Le Saunier, Jean ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté nord ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jean Le Saunier, juge (armoirie 8a-b)

de … à la fasce de … chargée de trois fleurs de lys de …, accompagnée par trois alérions de …, deux en chef et un en pointe.

  • Attribution : Le Saunier Jean juge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Coté évangile ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ; 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Marie, femme de Pierre Le Saunier (armoirie 9a-b)

Armoirie vierge.

  • Attribution : Le Saunier, Marie ... mariée ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Coté épître ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Marguerite de Beaujeau (armoirie 10 a, e)

Parti : au premier, d’(or) à la croix de (gueules), accompagnée de seize alérions d’(azur), quatre à chaque canton (Montmorency) ; au deuxième, d’(or) au lion de (sable), armé et lampassé de (gueules), au lambel de cinq pendants de (gueules) brochant (Beaujeu).

  • Attribution : Beaujeu, Marguerite de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Coté évangile ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jeanne de Roucy (armoirie 10 b, f)

Mi-parti : au premier, d’(or) à la croix de (gueules), accompagnée de seize alérions d’(azur), quatre à chaque canton (Montmorency) ; au deuxième, d’(or) au lion d’(azur) armé et lampassé de (gueules) (Roucy).

  • Attribution : Roucy, Jeanne de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté évangile ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Marguerite de Beaujeu (armoirie 10c)

D’(or) au lion de (sable), armé et lampassé de (gueules), au lambel de cinq pendants de (gueules) brochant.

  • Attribution : Beaujeu, Marguerite de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté évangile ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jeanne de Roucy (armoirie 10d)

D’(or) au lion d’(azur) armé et lampassé de (gueules).

  • Attribution : Roucy, Jeanne de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté évangile ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Ambroise de Villiers (armoirie 11a-b)

Écartelé : au 1 et 4 au premier d’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (Villiers) ; au 2 et 3, de (gueules), semé de trèfles d’(or), à deux bars adossés d’(or), brochant sur le tout.

  • Attribution : Villiers, Ambroise de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Ambroise de Villiers (armoirie 11c)

Écartelé : au 1 et 4 au premier d’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (Villiers) ; au 2 et 3, de (gueules), semé de trèfles d’(or), à deux bars adossés d’(or), brochant sur le tout (cotte d’armes).

  • Attribution : Villiers, Ambroise de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Antoine de Villiers (armoirie 12a, c)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines brochant.

  • Attribution : Villiers, Antoine de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté épître ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Agnès du Moulin (armoirie 12b)

Mi-parti, au premier d’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (Villiers) ; au deuxième, d’argent à la croix ancrée de sable (chargée d’une coquille d’or ?) (du Moulin).

  • Attribution : Du Moulin, Angès ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté épître ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Agnès du Moulin (armoirie 12d)

D’(argent) à la croix ancrée de (sable) (chargée d’une coquille d’or ?).

  • Attribution : Du Moulin, Angès ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté épître ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Antoine de Villiers (armoirie 12e)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout.

Cimier : un coq de … aux ailes éployées.

Tenants : un lion et une dame au chapeau à pointe.

  • Attribution : Villiers, Antoine de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Aux pieds des marches ; Coté épître ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Charles de Villiers de l’Isle-Adam (armoirie 13)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout.

Écu en forme de chanfrein.

  • Attribution : Villiers de l'Isle-Adam, Charles de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Socle ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1525-1550 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Louis de Chambly (armoirie 14)

D’argent, à six écussons d’or à deux fasces de gueules (Mauvoisin).

  • Attribution : Chambly, Louis de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Côté nord ; Sol ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre peint ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Robert d’Aunay (armoirie 15)

D’or, au chef de gueules chargé à dextre d’une molette d’or (cotte d’armes).

  • Attribution : Aunay, Robert d' ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Autel ; Côté sud ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Peinture ; Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Isabeau de Chambly (armoirie 16a)

Burelé d’(argent) et de (gueules) au lion de (sable) brochant sur le tout.

  • Attribution : Chambly, Isabeau de ; Estouteville ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté sud ;
  • Emplacement précis : Chapelle ; Entrée ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ; 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Isabeau de Chambly (armoirie 16b)

D'(azur ?) à trois coquilles d'(or ?).

  • Attribution : Chambly ; Chambly, Isabeau de ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté sud ;
  • Emplacement précis : Chapelle ; Entrée ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1350-1375 ; 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jacques de Villiers et Jeanne de Nesle (armoirie 17a)

Mi-parti : au premier d’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (Villiers) ; au deuxième, de (gueules), semé de trèfles d’(or), à deux bars adossés d’(or), brochant sur le tout (Clermont-Nesle).

  • Attribution : Nesle (Néelle), Jeanne de ; Villiers de l'Isle-Adam, Jacques de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Coté épître ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Socle ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre peint ;
  • Période : 1450-1475 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jacques de Villiers (armoirie 17b)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (cotte d’armes).

  • Attribution : Villiers de l'Isle-Adam, Jacques de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Coté épître ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1450-1475 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Jeanne de Nesle (armoirie 17c)

Parti : au premier d’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout (Villiers) ; au deuxième, de (gueules), semé de trèfles d’(or), à deux bars adossés d’(or), brochant sur le tout (Clermont-Nesle).

  • Attribution : Nesle (Néelle), Jeanne de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Coté épître ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1450-1475 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Pierre Le Saunier (armoirie 18)

De … à la fasce de … chargée de trois fleurs de lys de …, accompagnée par trois alérions, deux en chef et un en pointe.

  • Attribution : Le Saunier Pierre ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Transept (bras nord) ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Période : 1325-1350 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Charles VI de Montmorency (armoirie 19a)

D’(or) à la croix de (gueules), accompagnée de seize alérions d’(azur), quatre à chaque canton.

  • Attribution : Montmorency, Charles de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Transept (bras nord) ;
  • Emplacement précis : Chapelle ; Côté ouest ;
  • Support armorié : Gisant ; Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie vierge (armoirie 19b-d)

Armoirie vierge.

Tenant : un ange.

  • Attribution : Armoirie vierge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Transept (bras nord) ;
  • Emplacement précis : Chapelle ; Côté ouest ;
  • Support armorié : Monument funéraire ;
  • Structure actuelle de conservation : Lieu inconnu ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Dreux de Villiers (armoirie 20a)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines et tenant une croisette de …, brochant sur le tout.

  • Attribution : Villiers Dreux de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté nord ;
  • Emplacement précis : Porte ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie Dreux de Villiers (armoirie 20b)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines et tenant une croisette de …, brochant sur le tout.

  • Attribution : Villiers Dreux de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté nord ;
  • Emplacement précis : Porte ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures), Mériel. Armoirie L’Isle Adam (armoirie 20c)

De (gueules) à la fasce d’(argent) accompagnée de sept merlettes d’(argent), disposées quatre en chef et trois en pointe.

  • Attribution : L'Isle-Adam ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Bas-côté nord ;
  • Emplacement précis : Porte ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église, sépultures)

Recherche

Menu principal

Haut de page