• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église)

Appartenant à l’ordre de Cîteaux, l’abbaye Notre-Dame du Val a été fondée en 1125 à l’extrémité nord du diocèse de Paris, près de la frontière avec de celui de Beauvais, entre les villages de Mériel et de l’Isle-Adam (Gallia Christiana 1744, col. 875). Le complexe monastique, dont on conserve des vestiges importants, fut érigés à l’endroit actuel à partir de 1136, quand Ansel de l’Isle-Adam concéda aux moines une partie de ces propriétés (Hérard 1901, p. 79). L’église, orientée vers l’est, était placée en contrebas au sud des bâtiments monastiques pour des raisons d’orographiques. Passée officiellement aux Feuillants en 1611, à partir de 1672 (Foucher 1998, p. 14) l’abbaye subit des aménagements importants. Déjà saccagée pendant la Révolution, elle fut vendue comme bien nationaux en 1791 (Hérard 1901, p. 93) et en partie aménagées ou transformées au cours du XIXe siècle (ibid., p. 94, n. 1). L’église, encore visible sur le plan d’intendance de 1781 (AD Val d’Oise, Plan d’Intendance, C 105/22 – Mériel, Méry-sur-Oise et Saint-Ouen-l’Aumône), avait déjà totalement disparu dans le cadastre de 1819 (AD Val d’Oise, Cadastre 3P 2729 – Section B, Le Val). Les trois-quarts du cloître et le palais abbatial furent démolis après 1845 et le matériel récupéré fut utilisé pour de nouvelles construction (ibid., p. 100, n. 1).

Les descriptions anciennes nous permettent d’avoir encore un aperçu de la structure de l’abbaye et de son église (Jean de Saint-Eustache, 1636 cité par Foucher 1998, p. 97-109). Doté d’un chevet plat, de deux collatéraux et d’un clocher implanté sur la croisière du transept, elle mesurait 50,57 m de longueur et 15,59 de largeur (ibid.) ; un narthex précédait l’entrée de l’église. La nef était composée par six travées, dont trois placées entre l’entrée de l’édifice et le chœur des moines. Celui-ci, qui s’étendait donc également pour trois travées, était formé par deux rangées de stalles de chaque côté (Foucher 1998, p. 27, 98). Deux chapelles se trouvaient dans la nef, d’une part et d’autre du chœur : une consacrée à la Vierge sur le côté nord, l’autre dédiée à Saint-Félix sur le côté sud. Deux autres chapelles étaient situées dans le croissillon sud du transept : à l’est celle Saint-Michel, à l’ouest celle Sainte-Geneviève, près de laquelle était l’autel consacré à Saint-Thomas de Canterbury (par la suite dédié à saint Jean Baptiste) (Foucher 1998, p. 27, 99-100). Dans l’axe du transept se trouvait la porte s’ouvrant sur le cloître. Le croissillon nord ouvrait également sur deux chapelles, l’une dédiée à la Vierge (côté est), l’autre aux douze apôtres (côté ouest ?).

L’abbaye Notre-Dame du Val (Gaignières, Paris BnF, Est. et photo., VA-95(6)-FOL – Gallica).

Cette dernière, par la suite transformée en sacristie dans les années 1630, fut le lieu de sépulture des seigneurs de Chambly, dont les armes – d’(azur ?) à trois coquilles d’(or ?) (voir sceau de Charles de Chambly, 1388 : Sigilla) – figuraient sur les verrières de la chapelle (ibid., p. 37) (armoirie 1). Elles pourraient dater du XIVe siècle, époque à laquelle plusieurs membres de la famille furent enterrés dans l’église abbatiale. Bienfaiteurs de l’abbaye, ayant contribué à la construction de l’église (Foucher 1998, p. 37), les Chambly avaient d’ailleurs apposé leurs armes également à la voûte de l’aile nord du transept (armoirie 2), du côté de l’escalier menant au dortoir des moines (ibid., p. 35, 37 d’après un document de 1741). Plusieurs éléments armoriés participaient à la mise en signe de l’église abbatiale, afin de documenter également l’activité de commande des abbés. C’est le cas de Claude de Dinteville (+ 1507), élu abbé par les moines du Val en 1507. Ses armes, écartelées de Choiseul (famille de la belle sœur de ses grands-parents) et de Dinteville, étaient reproduites « particulièrement en plusieurs vitres de leglise et de la chappelle de la maison abbatiale » (voir notice) (Paris, BnF Fr. 14450, f. 38r ; Foucher 1998, p. 11) (armoirie 3). Charles de Villiers (+ 1535), évêque de Limoges et de Beauvais, premier abbé commendataire de Notre-Dame du Val, fit faire lui aussi des réparations importantes aux bâtiments de l’abbaye : ses armes, timbrées par une crosse (Jean de Saint-Eustache, 1636 cité par Foucher 1998, p. 102), étaient « aux voûtes de l’église et a un costé du cloistre » (Paris, BnF Fr. 14450, f. 40r ; Foucher 1998, p. 11) (armoirie 4). A sa mort, en 1535, il fut enterré dans l’abbaye du Val (ibid.). Il avait également offert à l’abbaye des parements d’autel, en velours rouge ornées d’images de saints tissées en or et en soie, sur lesquels étaient représentées ses armes (Jean de Saint-Eustache, 1636 cité par Foucher 1998, p. 102).

Les textiles et les œuvres d’orfèvrerie utilisés pendant les cérémonies liturgiques redoublaient le message emblématique affiché par l’architecture. Il sera donc intéressant de rappeler qu’au XVIIe siècle les documents citent la présence d’une chappe (« plurial ») « à fond violet tout semé de châteaux et de lions rampants d’or […] et les parements du dit plurial étaient à fond de satin rouge chargé de côté et d’autre de fleurs d’or et de […] de perles très petites » (Jean de Saint-Eustache, 1636 : Foucher 1998, p. 102-103), de « six chandeliers de cuivre sur lesquels les armes de la maison de Machaut sont gravées, qui sont d’argent à trois becs de corbin ou trois têtes de corbeau arrachées, de sable », d’« un tableau de Saint Jean […] » et d’« un autre de notre Seigneur Jesus Christ qui se détache de la croix pour embrasser saint Bernard » dans lesquels « l’on voit les armes de la maison de Machaut, parce que dom Saint François de Saint Charles, surnommé dom Machaut, a fait faire les susdites choses, et ses parents ont contribué à la dépense qu’il fallu faire » (ibid., p. 104).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église), http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/meriel-abbaye-notre-dame-du-val/, consulté le 18/12/2018.

 

Bibliographie sources

AD Val d’Oise, Plan d’Intendance, C 105/22 – Mériel, Méry-sur-Oise et Saint-Ouen-l’Aumône.

AD Val d’Oise, Cadastre 3P 2729 – Section B, Le Val.

Paris, BnF Fr. 14450, Nicolas de Sainte-Marie, Recueil des antiquitez de l’abbaïe di Val Nostre-Dame …

Bibliographie études

Foucher, Serge, Notre-Dame du Val : abbaye cistercienne en Val-d’Oise, Cergy-Pontoise 1998.

Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. 7, Province de Paris, Paris 1744.

Hérard, Pierre-Louis, Recherches archéologiques sur les abbayes de l’ancien diocèse de Paris, III. Notre-Dame-du-Val, Paris, V. Didron, 1853 (nouvelle éd. Id., Recherches archéologiques sur les abbayes de l’ancien diocèse de Paris, Paris, E. Hellé, 1901, p. 75-122).

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Abbaye Notre-Dame du Val (église), Mériel. Armoirie Chambly (armoirie 1)

D’(azur ?) à trois coquilles d’(or ?).

  • Attribution : Chambly ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : église ; Transept (bras nord) ;
  • Emplacement précis : Chapelle ; Côté ouest ;
  • Support armorié : Baie ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Vitrail ;
  • Période : 1300-1325 ; 1325-1350 ; 1350-1375 ; 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église)

Abbaye Notre-Dame du Val (église), Mériel . Armoirie Chambly (armoirie 2)

D'(azur) à trois coquilles d'(or).

  • Attribution : Chambly ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : église ; Transept (bras nord) ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ; 1325-1350 ; 1350-1375 ; 1375-1400 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église)

Abbaye Notre-Dame du Val (église), Mériel. Armoirie Claude de Dinteville (armoirie 3)

Écartelé : au 1 et 4, d’(azur) à la croix d'(or) cantonnée de dix-huit billettes d'(or) (Choiseul), cinq dans chaque canton du chef, quatre dans chaque canton de la pointe ; au 2 et 3, de (sable) à deux léopards d’(or) l’un sur l’autre (Dinteville)

  • Attribution : Dinteville, Claude de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : église ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Baie ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Vitrail ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église)

Abbaye Notre-Dame du Val (église), Mériel. Armoirie Charles de Villiers (armoirie 4)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout.

  • Attribution : Villiers de l'Isle-Adam, Charles de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : église ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1500-1525 ; 1525-1550 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (église)

Recherche

Menu principal

Haut de page