• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître)

Le complexe abbatial de Notre-Dame du Val fut un lieu de sépulture assez prisé à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Par-delà le cimetière précédant la façade de l’église, de nombreux tombeaux et plates-tombes, souvent armoriés, parsemaient le sol de l’église, des galléries du cloître et de la salle capitulaire. Elles scellaient les sépultures des abbés et d’autres notables de la région qui avaient acquis le droit de sépulture en raison de leurs actions en faveur de l’institution. Les travaux réalisés dans le complexe monastique à partir du XVIIe siècle et les destructions provoquées par la Révolution et par la vente successive des bâtiments comme biens nationaux ont fait disparaître presque toute trace des sépultures, en bonne partie héraldisées, se trouvant jadis dans l’abbaye. Les sources indirectes, textuelles et iconographiques, nous donnent encore des renseignements précieux sur le nombre, l’aspect et l’emplacement des tombeaux conservés dans l’abbatiale et dans les bâtiments annexes au XVIIe-XVIIIe siècle.

Plate-tombe de Thibaut de Vallangoujard, Mériel, abbaye Notre-Dame du Val, cloître. Gaignières, BnF, Dép. Est. et photographie, Reserve PE-1C-FOL, fol. 128 – © Gallica).

Transférées sur un plan (très schématique et sommaire), ces informations nous permettent également d’apprécier les efforts accomplis par certaines familles afin de réunir les sépultures de leurs membres au même endroit. Comme dans une sorte de théâtre héraldique, les armoiries reproduites sur les tombeaux permettaient ainsi aux différents lignages de s’imposer visuellement dans l’espace sacré et de s’en approprier de manière symbolique.

Les tombeaux armoriés de trois membres de la famille de Vallangoujard (ou Valengoujard), morts entre 1243 et 1297, se trouvaient, l’un à côté de l’autre, dans l’aile sud du cloître, celle collée au mur gouttereau nord de l’église qui fut plus tard « rebâti[e] à la moderne avec de gros piliers quarrés » (Lebeuf 1755, p. 214) (armoiries 21-23). Ces travaux provoquèrent la disparition des trois tombeaux (ibid.) qui avaient heureusement été déjà documentés, notamment par les relevés de François-Roger de Gaignières (Collecta). Nous apprenons ainsi que les plates-tombes qui scellaient les sépultures des Vallangoujard se rassemblent fortement : le défunt était représenté en armure, habillé d’une cotte de maille, portant le grand bouclier aux armes de la famille appuyé sur l’épée – ces deux éléments signalaient le statut de chevalier du défunt, comme les éperons à molette d’ailleurs –, posant ses pieds sur un chien et encadré par une arcade trilobée surmontée par deux anges.

Plate-tombe de Girard de Vallangoujard. Mériel, abbaye Notre-Dame du Val, cloître (BnF, Dép. Est. et photographie, Reserve PE-1C-FOL, fol. 129 – © Gallica).

Lebeuf décrit les sépultures à partir de l’entrée du cloître. Nous ignorons toutefois s’il y accéda depuis l’église – comme il est plausible – ou depuis un autre bâtiment (Lebeuf 1755, p. 214, 215). Parcourant l’aile méridionale du cloître (donc, de l’est vers l’ouest), il aperçut d’abord la plate tombe de Thibaut de Vallangoujard († 1243) (Gaignières, BnF, Res. PE-1C-FOL, fol. 128 : Collecta) (armoirie 21), qui avait fait une donation à l’abbaye où il avait décidé d’être enterré (« in qua sepulturam meam elegi » : Manneville 1890, p. 168). Il vit ensuite celle de Thibaut II de Vallangoujard († 1297) (Gaignières, BnF, Res. PE-1C-FOL, fol. 130 : Collecta) (armoirie 22) et enfin celle de Girard de Vallangoujard († 1292) (Gaignières, BnF, Res. PE-1C-FOL, fol. 129 : Collecta) (armoirie 23). Ce dernier devait être le fils de Thibaut, si l’on considère que Boudin a vraisemblablement mal transcrit l’épitaphe de son tombeau : « fui messire Thibaut » au lieu de « fil messire Thibaut » (voir à ce propos Manneville 1890, p. 9). Il faut également observer que Boudan attribue aux trois gisants une armoirie differente par rapport à celle, avec une croix légèrement pattée, que l’on peut voir sur le sceau de Girard de Vallangoujard, dessiné par Gaignières probablement de manière plus correcte (Sigilla).

Comme dans l’église, l’architecture du cloître de Notre-Dame du Val était elle aussi ornée par les armes des abbés qui avaient contribué à sa construction et à son entretien. Nous savons en effet que Charles de Villiers (+ 1535), évêque de Limoges et de Beauvais, premier abbé commendataire de Notre-Dame du Val, avait fait faire des réparations importantes aux bâtiments de l’abbaye : ses armes, timbrées d’une crosse, étaient « aux voûtes de l’église et a un costé du cloistre » (Jean de Saint-Eustache, 1636 cité par Foucher 1998, p. 102) (armoirie 31).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître), http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/meriel-abbaye-notre-dame-du-val-cloitre/, consulté le 18/12/2018.

 

Bibliographie études

Foucher, Serge, Notre-Dame du Val : abbaye cistercienne en Val-d’Oise, Cergy-Pontoise 1998.

Lebeuf, Jean, Histoire du diocèse de Paris, t. 4, Paris 1755.

Manneville, Aymar de, De l’état des terres et des personnes dans la paroisse d’Amblainville (Vexin français) du XIIe au XVe siècle, Beauvais 1890.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Abbaye Notre-Dame du Val (cloître), Mériel. Armoirie Thibaut de Vallangoujard (armoirie 21)

De … à la croix pattée ? de …

  • Attribution : Vallangoujard (Valengoujard), Thibaut de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ;
  • Emplacement précis : Aile sud ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1225-1250 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître)

Abbaye Notre-Dame du Val (cloître), Mériel. Armoirie Thibaut II de Vallangoujard (armoirie 22)

De … à la croix pattée ? de …

  • Attribution : Vallangoujard Valengoujard Thibaut II de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ;
  • Emplacement précis : Aile sud ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître)

Abbaye Notre-Dame du Val (cloître), Mériel. Armoirie Girard de Vallangoujard (armoirie 23)

De … à la croix pattée ? de …

  • Attribution : Vallangoujard Valengoujard Girard de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ;
  • Emplacement précis : Aile sud ; Sol ;
  • Support armorié : Monument funéraire ; Plate-tombe ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître)

Abbaye Notre-Dame du Val (cloître), Mériel. Armoirie Charles de Villiers (armoirie 31)

D’(or), au chef d’(azur), chargé d’un dextrochère, revêtu d’un manipule d’hermines, brochant sur le tout, l’écu posé sur une crosse.

  • Attribution : Villiers de l'Isle-Adam, Charles de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Cloître ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1500-1525 ; 1525-1550 ;
  • Dans le monument : Mériel, abbaye Notre-Dame du Val (cloître)

Recherche

Menu principal

Haut de page