ArmmA déménage !

Veuillez nous retrouver en https://armma.saprat.fr. Merci de mettre à jour vos signets et d'utiliser dès à présent le nouveau site.

  • logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Senillé, église Saint-André, tombeau de Pierre (?) d’Aux

L’église Saint-André de Senillé, bâtie au XIIe siècle, a été totalement reconstruite en style néo-roman à la fin du XIX siècle (Le patrimoine des communes 2002, t. 2, p. 122), pour agrandir et régulariser la structure de l’édifice qui présentait un plan trapézoïdale (voir Poitiers, Archives départementales, Cadastre napoléonien 4p 5656 B/1). De la structure originelle, il ne reste que le chevet, éclairé par trois baies en arc brisé, et le mur externe du collatéral sud qui, de l’extérieur, porte encore les traces des remaniements successifs, notamment de l’arcade d’accès à une chapelle latérale. Dans les travaux débutés en 1871, la dernière travée du collatéral sud a été reconstruite dans un style qui reprend les caractères typiques du gothique du XVe siècle. Des écus vierges ornent les culs-de-lampe qui soutiennent la voûte en ogive, tandis que la clef de voûte est embellie par un cadre polylobé avec des motifs fleuris en correspondance des points de jonction des nervures ; un écu dépourvu de toute représentation s’inscrit en son centre.

Tombeau et gisant de Pierre (?) d'Aux. Senillé, église Saint-André, bas-coté droit.

Tombeau et gisant de Pierre (?) d’Aux. Senillé, église Saint-André, bas-coté droit.

Sur le coté sud, seul vestige conservé de l’ancienne église, s’ouvre un enfeu encore complet de son sarcophage, du gisant et du décor en relief du fond, même si fragmentaires (Le patrimoine des communes, t. 1, p. 121). La sépulture monumentale est encadrée par des hauts pinacles, portant deux écus vierges, et elle est surmontée par un arc en accolade, couronné par une crucifixion de qualité très médiocre : l’ensemble a été certainement reconstruit au XIXe siècle, mais vraisemblablement en remployant des éléments de la structure originaire (notamment en ce qui concerne la partie terminale des pinacles latéraux). D’après les descriptions anciennes de l’église, le monument funéraire semblerait avoir été remonté dans cette position lors de la reconstruction de l’édifice. D’abord, il aurait été placé dans la chapelle de la Vierge, construite sur « un coin de la face occidentale » («Répertoire archéologique» 1859-1861, p. 313), à savoir, de toute évidence, à l’emplacement de l’arcade en ogive visible sur le flanc méridional de l’édifice. La chapelle, en style flamboyant, présentait une voûte en ogive avec des nervures prismatiques et fenêtre ogivale à meneaux (ibid.) ; il est impossible de déterminer si la reconstruction est restée fidèle à l’original et si l’ancienne chapelle portait déjà, comme il est probable, des éléments armoriés.

En revanche, un foisonnement héraldique caractérise le tombeau et le gisant qui, selon l’avis de J. Salvini, aurait été préservé de toute mutilation révolutionnaire grâce à l’obturation de l’enfeu par une cloison de briques (Salvini 1966, p. 478). Sur le fond de l’enfeu trois arcs aveugles, en accolade et avec le profil interne trilobé, encadrent chacun un écu en relief, portant encore des très légères traces de polychromie sur le fond, notamment d’azur. Cette couleur aurait pu toutefois remonter à une première restauration, assurée en 1841 par la Société des Antiquaires de l’Ouest , qui  avait d’abord espéré pouvoir l’acquérir pour son musée ( « Décisions du conseil d’administration », 1841-1843, p. 160 ; Dupuis 1841, p. 22). En effet, dans l’armoirie représentée sur le fond de l’enfeu (armoirie 1) – composée d’un lion rampant accompagné par trois rocs en chef – on reconnaît l’enseigne des Aux, famille originaire de Condom (Guyenne) qui avait donné deux évêques à Poitiers, dont la branche des Aubus ou de la Blaochardière portait d’argent à un lion de gueules, au chef d’azur chargé de trois rocs (ou roquettes) d’échiquier d’or (Beauchet-Filleau 1891, I, p. 190).

Senillé, église Saint-André, bas-coté droit, enfeu d'Aux, décor du fond et du gisant

Tombeau de Pierre (?) d’Aux, détail de l’enfeu et du gisant. Senillé, église Saint-André, bas-coté droit.

Le mêmes armoiries sont reproduites plusieurs fois sur le gisant. Allongé sur la châsse funéraire et désormais mutilé de la partie inférieure des jambes, il était à l’origine veillé par deux anges placés à deux cotés de l’oreiller, dont on a perdu les bustes. Les armes d’Aux sont reproduites en relief, six fois, sur le surcot qui couvre la cotte de mailles protégeant le buste du défunt : deux sur la poitrine (armoirie 2), deux sur la partie inférieure de la veste, deux sur les manches (Salvini 1966, p. 478, probablement en se trompant, parlait même d’un écu armorié tenu par le défunt). A défaut de documents, le chevalier en armure a été jusqu’à présent identifié (Salvini 1966, p. 478) soit avec Pierre d’Aux – hommes d’armes et capitaine d’armé, qui fit établir son testament en 1480 –, soit avec Jean d’Aux – fils de Pierre, échanson de Louis XI, mort avant 1516 –, soit avec un autre Pierre d’Aux – lui aussi fils du premier Pierre, chevalier et capitaine au service de la Trimouille qui fit établir son testament vers 1504 et mourut dans les Guerres d’Italie –, soit, encore, avec René d’Aux (Dupuis 1841, p. 22 ; Longuemar 1859-1861, p. 313) – seigneur de Bournoyé et de la Milletterie, qui servit dans sa jeunesse dans les compagnies d’ordonnances et qui était encore vivant en 1556 (sur ces personnages voir Beauchet-Filleau 1891, I, p. 191-192).

Une datation du gisant plus proche au troisième quart du XVe siècle semblerait plus probable, surtout en raison des caractères de l’armement : les cuissards formés par des pièces articulées au-dessus de la genouillère, la pansière composée par des plaques autonomes à laquelle sont attachées deux grandes tassettes ondulées pour protéger les cuisses et des plus petites à coté. Par conséquent, il pourrait s’agir de Pierre d’Aux qui, dans son testament de 1480, recommanda d’être enterré avec tous les « obsèques comme il était d’usage pour les gens de son état » (Beauchet-Filleau 1891, I, p. 191). En outre, le gisant porte un collier qu’il n’est pas rare de retrouver, à la même époque, dans des contextes funéraires semblables. S’il ne dénote pas véritablement l’affiliation à un ordre, ce collier semble représenter une enseigne de chevalerie donnée par le roi et Pierre d’Aux avait été plutôt proche de Louis XI, car il fut maître d’hôtel et capitaine d’armée, ce qui pourrait justifier un don de ce type.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Senillé, église Saint-André, tombeau de Pierre (?) d’Aux, http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/tombeau-daux-eglise-saint-andre-senille/, consulté le 29/11/2021.

 

Bibliographie sources

Poitiers, Archives départementales, Cadastre napoléonien 4p 5656 B/1.

Bibliographie études

« Décisions du conseil d’administration », dans Bulletins de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1841-1843, p. 159-160.

A. Longuemar, «Répertoire archéologique du département de la Vienne. Arrondissement de Poitiers (ville et cantons nord et sud de Poitiers)», dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1ère série, t. 9, 1859-1861, p. 219-573.

H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. I, Poitiers 1891.

J. Salvini, « Iconographie des sépultures au Moyen Age dans le département de la Vienne », dans Bulletins de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4ème sèrie, t. 8, 1966, p. 461-481.

Le patrimoine des communes de la Vienne, sous la dir. de A. Guihéneuc, R. Toulouse, Paris 2002.

 

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Tombeau de Pierre (?) d’Aux. Senillé, église Saint-André. Armoirie Pierre (?) d’Aux (armoirie 1)

De (argent) à un lion de (gueules), au chef de (azur) chargé de trois rocs (ou roquettes) d’échiquier de (or).

  • Attribution : D'Aux, Pierre (?) ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle latérale ;
  • Emplacement précis : Enfeu ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre peint ;
  • Période : 1450-1475 ; 1475-1500 ;
  • Dans le monument : Senillé, église Saint-André, tombeau de Pierre (?) d'Aux

Tombeau de Pierre (?) d’Aux. Senillé, église Saint-André. Armoirie Pierre (?) d’Aux (armoirie 2)

De (argent) à un lion de (gueules), au chef de (azur) chargé de trois rocs (ou roquettes) d’échiquier de (or ).

  • Attribution : D'Aux, Pierre (?) ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle latérale ;
  • Emplacement précis : Enfeu ;
  • Support armorié : Gisant ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1450-1475 ; 1475-1500 ;
  • Dans le monument : Senillé, église Saint-André, tombeau de Pierre (?) d'Aux

Recherche

Menu principal

Haut de page