• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Targé, église Saint-Georges

L’église Saint-Georges de Targé apparaît dans les documents dès les années 1030-1031, quand elle est offerte à l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (Tables 1839, p. 52). Par la suite dépendant du prieuré Saint-Romain de Châtellerault, lui aussi relevant de l’abbé de Saint-Cyprien (Beauchet-Filleau 1868, p. 414), l’église aurait été bâtie à l’XIe siècle. De cette époque date la nef, couverte d’une voûte en berceau et rythmée par des arcs doubleaux portés par des pilastres ornés de chapiteaux sculptés et figurés, et les deux portails ouverts dans la façade ouest et sur le mur gouttereau sud. L’église fut partiellement reconstruite à l’époque gothique : le chœur fut alors intégralement rebâti et des chapelles seigneuriales ajoutées sur le côté nord. Formé de deux travées, le chœur est ajouré par une baie en arc brisé, haute mais étroite. Des chapiteaux géométriques raccordent les pilastres composites aux ogives composant les croisées. Sur le côté sud une pièce voûté d’ogive, utilisée comme sacristie fut aussi ajoutée à cette époque.

Targé, église Saint-Gerorges, voûtes armoriées du chœur.

Dans le chœur et dans les deux chapelles latérales, les éléments figurés sont donc essentiellement concentrés dans les clefs de voûte. Ornées de compositions héraldiques de grande qualité formelle et parmi les mieux conservés de la région, elles fournissent des repères essentiels pour établir la chronologie de la construction et l’identité de ses commanditaires (armoirie 1-3).

Ces derniers ont été déjà identifié par François Eygun dans son ouvrage monumental sur la sigillographie en Poitou (Eygun 1938, p. 146). Il s’agit de Jeanne de Targé, fille de Pierre seigneur du lieu, et de ses époux. Notamment, la clef de la première travée porte les armes de Charles de Norroy (armoirie 1), que Jeanne épousa en deuxièmes noces après la mort de son premier mari Pierre de Maillé, décédé avant le 25 mai 1411 (Anselme 1733, p. 505). Les Norroy, et donc Charles aussi, portaient en effet d’argent à la fasce de gueules, sommée d’un lion naissant de sable (De Vertot 1726, p. 145 ; Carré de Busserolle 1867, p. 708) ou, d’après d’autres sources, de gueules (De Varennes 1640, p. 267). Le bouclier armorié est ici soutenu par deux anges, placés d’un côté et d’autre, et par un ours, positionné derrière l’écu qu’il tien par les guiches avec ses grosses pattes. Les armes de Norroy sont suivie par un écu bandé, dans lequel nous pouvons reconnaître les armes de Jeanne de Tercé, documentées par un sceau appendu à un acte de 1464 (Eygun 1938, 248, n. 624) (les bandes en relief conservent des traces de polychromie, mais elles sont insuffisantes pour établir les couleurs d’origine).

Clef de voûte aux armes de Jeanne de Targé. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

Placée au sommet de la travée la plus proche de la fenêtre absidale, l’armoirie de la dame est portée par un seul ange, agenouillé sur le profil intérieur de la clef de voûte, orné de manière très élégante par des fleurons inscrits dans des cadres carrés. Il faudra noter que les deux armoiries sont disposées avec la pointe en direction de la fenêtre absidale, de façon d’en assurer la lisibilité correcte de la part des célébrants. À la clef de voûte de la chapelle seigneuriale ouverte au nord de la première travée du chœur est par contre représentée l’armoirie de Gabriel de Bernes (armoirie 3) (Eygun 1938, p. 179, n. 126), que Jeanne de Targé avait épousé en troisièmes noces avant 1423 et qui était encore en vie en 1444, quand il est mentionné comme seigneur de Targé (Lalanne 1859, t. 1, p. 472). Suivant le même schéma utilisé pour les armoiries sculpté dans le chœur, ses armes (d’or à trois chevrons de gueules : Beauchet-Filleau 1891, p. 478), sont ici inscrite dans un écu tenu par deux anges et surmonté par un aigle aux ailes déployées.

Uniformes du point de vue stylistique, les clefs de voûte permettent donc d’affirmer que le chantier de construction se déroula probablement entre 1411 (les armes de Pierre de Maillé ne sont en effet pas représentées) et les années 1440 ou, plus probablement, dans les premiers années 1420 en proximité du troisième mariage de Jeanne de Tercé : si le chœur fut sans doute terminé avant la mort de Charles de Norroy, la construction de la chapelle ne dut pas trop tarder.

Clef de voûte aux armes de Gabriel de Bernes. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

La clef sculptée qui orne la voûte de la première chapelle, ouverte sur la nef, paraît en revanche un peu plus tardive. Caractérisée par une ornementation plus luxuriante, elle aussi devait porter une armoirie, probablement détruite par la suite (Le patrimoine 2002, p. 107) (armoirie 4), comme le révèle l’aile d’un ange que l’on distingue encore sur la gauche. Elle aurait pu porter les armes d’Eustache de Norroy, fils de Charles, qui hérita la seigneurie de Targé en 1453 (Lalanne 1859, t. 1, p. 472 et Beauchet-Filleau 1891, p. 478) ou des Blanchefort et des Turpin qui en prirent possession entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle (Lalanne 1859, t. 1, p. 472). Un autre écu est finalement sculpté à la clef de la voûte de la sacristie (armoirie 5) : vierge et au profil très propre et régulier, il pourrait avoir été réalisé lors des travaux de reconstruction du clocher au XIXe siècle.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Targé, église Saint-Georges, http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/targe-eglise-saint-georges/, consulté le 19/11/2018.

 

Bibliographie sources

Tables des manuscrits de D. Fonteneau conservés à la bibliothèque de Poitiers, I, Poitiers 1839 (Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4).

H. Beauchet-Filleau, Pouillé du diocèse de Poitiers, Niort-Poitiers 1868.

Bibliographie études

M.G. de Varennes, Le roy d’armes, Paris 1640.

A. De Vertot, Histoire des chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jérusalem…, t. 4, Paris 1726.

P. Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, t. 7, Paris 1733.

Ch.-C. Lalanne, Histoire de Châtelleraud et du Châtelleraudais, Châtellerault 1859.

J.-X. Carré de Bousserolle, Armorial général de la Touraine, Tours 1867 (Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 19).

H. Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. 1, Poitiers 1891.

F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Poitiers 1938.

Le patrimoine des communes de la Vienne, sous la dir. de A. Guihéneuc, R. Toulouse, Paris 2002.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Eglise Saint-Georges, Targé. Armoirie Charles de Norroy (armoirie 1)

D’(argent) à la fasce de (gueules), sommée d’un lion naissant de (sable).

Tenants : deux anges et un ours.

  • Attribution : Norroy Charles de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : Ière travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ;
  • Dans le monument : Targé, église Saint-Georges

Eglise Saint-Georges, Targé. Armoirie Jeanne de Targé (armoirie 2)

De (gueules ?) à trois bande d'(argent ?).

Tenant : un ange.

  • Attribution : Targé Jeanne de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chœur ;
  • Emplacement précis : IIème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ;
  • Dans le monument : Targé, église Saint-Georges

Eglise Saint-Georges, Targé. Armoirie Gabriel de Bernes (armoirie 3)

D’(or) à trois chevrons de (gueules).

Tenant : deux anges et une aigle.

  • Attribution : Bernes Gabriel de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle latérale nord ; Chœur ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ; 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Targé, église Saint-Georges

Eglise Saint-Georges, Targé. Armoirie bûchée (armoirie 4)

Armoirie bûchée.

  • Attribution : Armoirie bûchée ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle latérale nord ; Nef ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ; 1450-1475 ;
  • Dans le monument : Targé, église Saint-Georges

Eglise Saint-Georges, Targé. Armoirie vierge (armoirie 5)

Armoirie vierge (restaurée ?).

  • Attribution : Armoirie restaurée ; Armoirie vierge ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Sacristie ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ; 1425-1450 ; 1450-1475 ; 1475-1500 ; 1800-1900 ;
  • Dans le monument : Targé, église Saint-Georges

Recherche

Menu principal

Haut de page