• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Bâtie par Pierre d’Amboise, évêque de Poitiers entre 1481 et 1505 (Villard 1966 ; Vallière 2008, p. 180-186), à quelques dizaines de mètres au nord de son château, l’église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Dissay présente une seule nef rectangulaire, composée de quatre travées et terminée par un chœur à trois pans éclairé par une grande baie. Endommagée pendant les Guerres de religion, elle fut réaménagée par la suite et à nouveau consacrée au XVIIème siècle. De cette époque dateraient les deux chapelles latérales ouvertes sur les murs sud et nord de la dernière travée de la nef précédant le chœur (Blomme 1993, p. 144-145), même si la forme carrée des écus qui en ornent les clefs de voûte – soigneusement grattés par les révolutionnaires – laisseraient croire à un aménagement successif (XVIIIème siècle).

La mémoire du fondateur de l’église est confiée essentiellement aux images héraldiques qui en parsèment la structure (Barbier de Montault 1887, p. 1). Un premier écusson aux armes écartelées utilisées par Pierre d’Amboise incruste en effet le gable du portail de l’église (armoirie 1), serré entre un contrefort et la masse imposante du clocher disposés en biais par rapport à la façade.

Armoirie de Pierre d’Amboise (restaurée au XIXème siècle). Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, portail.

Réalisé dans les formes typiques du gothique flamboyant, le portail est toutefois le fruit d’une reconstruction presque intégrale, réalisée lors de travaux menés entre 1841 et 1885 par les soins de l’abbé Jean Guérin, curé de l’église. L’armoirie de l’évêque, signalée pour la première fois par Longuemar en 1881 (p. 248), a été surement sculptée à cette époque. Sa réalisation récente est confirmée par le traitement différencié du relief, avec des hachures et des points, un système hérité de la gravure permettent de faire la distinction entre émaux et couleurs : une solution qui n’existait pas à l’époque de construction de l’église (les armoiries sculptées étaient toujours peintes), mais qui devint courante à l’époque moderne. Il est possible que les restaurateurs aient remplacé un relief originaire, peut-être abîmé par le temps et les intempéries, mais aucun document ne confirme pour le moment cette hypothèse.

Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, vue de la nef vers l'autel.

Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, vue de la nef vers l’autel.

À l’intérieur, les voûtes de la nef sont marquées par une succession d’écus armoriés, tous orientés ouest-est, à savoir avec la pointe en direction de l’abside. La série s’ouvre dans la deuxième travée, dont la clef est ornée d’un écu chargé d’un housseau (ou heuse), une longue botte souple montant jusqu’à mi-cuisse (armoirie 2). Trouvant une analogie avec l’armoirie utilisée par la corporation des savetiers, cordonniers, tanneurs et corroyeurs de Melle (Paris, BnF Fr. 32254, p. 794 : d’or à un housseau de sable), Longuemar supposa que cette dernière avait participé au financement de la construction de l’église, obtenant ainsi le droit d’y exposer son enseigne (Longuemar 1881, p. 247-248). Cette identification demeure pourtant problématique, puisque nous ne voyons pas pour quelle raison la corporation melloise aurait dû financer la construction d’un édifice très loin par rapport à son aire d’ « action ». À notre avis, le propriétaire de l’armoire doit être cherché parmi les notables du lieu ou dans l’entourage de l’évêque, mais il n’a pas été pour le moment possible d’en dévoiler l’identité. L’identification de la deuxième armoirie, sculptée sur la clef de voûte de la troisième travée et valorisée par un encadrement flamboyant (armoirie 3), demeure également problématique. Signalée par Longuemar, qui en donnait aussi les couleurs (il parle de deux cotices de gueules), elle a été attribuée au cardinal Claude de Longwy (Blomme 1993, p. 144), évêque de Poitiers entre 1541 et 1555.

Clef de voûte armoriée. Dissay. église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Clef de voûte armoriée. Dissay. église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Pourtant, la maison de Longwy portait d’azur à la bande d’or (Gauthier 1911, p. 15, num. 176) et il est difficile à croire que l’évêque avait brisé l’armoirie familiale avec l’ajoute des cotices et du lambel. D’ailleurs, Louis Boudan nous a transmit le relevé d’une peinture dans la cathédrale de Langres où il fut enterré (Paris, BnF, Est. Reserve PE-2-FOL, coll. Gaignières) : le cardinal est genouillée devant un autel qui porte les armes de sa famille, sans aucune brisure. Il faudra alors noter que l’armoirie rassemble plutôt à celle des Sancerre, que Pierre d’Amboise réutilise dans son armoirie écartelée, récupérant la mémoire héraldique de sa grand-mère maternelle, Marguerite d’Auvergne, comtesse de Sancerre : une finition peinte aurait pu compléter certains détails de l’armoirie, tels les cotices potencées et contre-potencées, qui n’apparaissent pas dans le relief.

Enfin, en se rapprochant du chevet et du maître autel, la partie la plus importante de l’édifice du point de vue symbolique, c’est l’image héraldique du fondateur de l’église qui est mise à l’honneur. Les voûtes de la quatrième et de la cinquième travées sont marquées par l’armoirie pleine des Amboise, un palé d’or et de gueules de six pièces (armoiries 4, 5). Deux grands écus, identiques par forme et dimensions, sont collés aux clefs de voûte, sans pourtant qu’aucun type d’encadrement vient les mettre en valeur. Il est toutefois possible que l’armoirie qui timbre la dernière travée de la nef (armoirie 4) ait été l’objet d’une restauration au XIXème siècle. Longuemar en documentait en effet l’état précaire de conservation, tout en affirmant qu’elle portait l’armoirie à l’housseau que l’on vient de voir sur la deuxième travée (Longuemar 1881, p. 248). Le savant poitevin n’est toutefois une source très fiable en matière de descriptions héraldiques. La dernière armoirie, enfin, placée au sommet de l’arc doubleau qui sépare la première travée du chevet de l’abside et elle aussi dépourvue de tout encadrement, porte les armes de Pierre d’Amboise (armoirie 6) : un écartelé dans lequel les armories de familles sont accompagnées par celle de la famille de sa mère, afin d’en augmenter le prestige. L’écu est posé sur une crosse, dont la partie inférieure a disparu.

Armoirie de Pierre d'Amboise, évêque de Poitiers. Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Armoirie de Pierre d’Amboise, évêque de Poitiers. Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Sur les colonnes de l’abside, d’un côté et d’autre du maître autel actuel, d’autres écussons d’évêques de Poitiers sont visibles, peints lors de la restauration de l’église au XIXème siècle. Sur la colonne de gauche, les armes de Geoffroy de Saint-Belin († 1611) sont associées à celles au lion passant de Henri-Louis Chasteigner de La Roche-Posay († 1651), son neveu et successeur sur la chaire de l’église poitevine. Sur celle de droite, l’armorie de Pierre d’Amboise est accompagnée par celle du cardinal Louis-Édouard Pie († 1880) (Longuemar 1881, p. 248), évêque au moment de la dernière restauration de l’édifice : c’est une sorte de mémorial héraldique des évêques qui, par le biais de leur activité de constructeurs ou de reconstructeurs, avaient marqué l’histoire de l’église et de la seigneurie de Dissay.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/eglise-saint-pierre-et-saint-paul-dissay/, consulté le 22/09/2017.

 

Bibliographie sources

Paris, BnF Fr. 32254, Ch. D’Hozier, Armorial général de France dressé en vertu de l’édit de 1696, t. XXVIII, Poitiers, II.

Bibliographie études

A. de Longuemar, Anciennes fresques des églises du Poitou, Poitiers 1881.

X. Barbier de Montault, « Le château de Dissais (Vienne) », dans Paysages et monuments du Poitou, t. 4, Paris 1887, p. 1-12.

J. Gauthier, L. Gauthier, Armorial de Franche-Comté, Paris 1911.

F. Villard, « Pierre d’Amboise. Evêque de Poitiers (1481-1505), dans Mélanges offerts à René Crozet, éd. par P. Gallais, Y.-J. Riou, Poitiers 1966, t. 2, p. 1381-1387.

Y. Blomme, Poitou gothique, Paris 1993.

L. Vallière, Diocèse de Poitiers (Fasti ecclesiae gallicanae, t. 10), Turnhout 2008.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie Pierre d’Amboise (armoirie 1)

Écartelé : aux 1 et 4, palé d'(or) et de (gueules) de six pièces (Amboise) ; au 2 d'(azur) à un croissant d'(argent) accompagné de huit croisettes en orle d'(or) (Bueil) ; au 3, d'(azur) à une bande d'(argent) côtoyée de deux cotices potencées et contre-potencées d'(or) (Sancerre) ; sur le tout, d'(or) à un dauphin d'(azur). L’écu posé sur une crosse.

  • Attribution : Amboise, Pierre d' ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Gable ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ; 1800-1900 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie inconnue (armoirie 2)

De … à l’housseau de …

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : IIème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie inconnue (armoirie 3)

De … à la bande de … accompagnée de deux cotices de …, au chef de … de trois pendants.

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : IIIème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie Amboise (armoirie 4)

Palé d'(or) et de (gueules) de six pièces.

  • Attribution : Amboise, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : IVème travée ; Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie Amboise (armoirie 5)

Palé d'(or) et de (gueules) de six pièces.

  • Attribution : Amboise, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chevet ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Dissay. Armoirie Pierre d’Amboise (armoirie 6)

Écartelé : aux 1 et 4, palé d’or et de gueules de six pièces Amboise ; au 2 d’azur à un croissant d’argent accompagné de huit croisettes en orle d’or (Bueil) ; au 3, d’azur à une bande d’argent côtoyée de deux cotices potencées et contre-potencées d’or (Sancerre) ; sur le tout, d’or à un dauphin d’azur. L’écu posé sur une crosse.

  • Attribution : Amboise, Pierre d' ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chevet ;
  • Emplacement précis : Arc doubleau ;
  • Support armorié : Clef d'arc ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Sculpture en pierre polychrome ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Dissay, église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Recherche

Menu principal

Haut de page