ArmmA déménage !

Veuillez nous retrouver en https://armma.saprat.fr. Merci de mettre à jour vos signets et d'utiliser dès à présent le nouveau site.

  • logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Poitiers, église Saint-Hilaire (clôture du chœur)

Le monument funéraire de Robert Poitevin, jadis situé dans l’église Saint-Hilaire de Poitiers, est documenté par un dessin de la collection de Roger de Gaignières (BnF, Est., Rés. Pe 1f, f. 52), montre. La legende précise qu’il était placé sur le mur nord de la chapelle placée à gauche du chœur (« du coté de l’Evangile ») (Bouchot 1891, num. 3084 ; Adhémar 1974-1977, p. 26, num. 1227). Le défunt est représenté à genoux et tenant dans les mains une croix et un phylactère avec une ligne d’écriture. L’image, accompagnée d’une inscription, fut probablement peinte sur le mur d’enceinte du chœur des chanoines qui, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, s’étendait sur trois travées de la nef, précédé par un jubé. Des chapelles avaient en effet été ouvertes dans les bas-côtés (Bellin de la Liborlière 1842, p. 186).

Cloture du choeur et monument funéraire de Robert Poitevin, Poitiers, Eglise Saint-Hilaire (coll. Gaignières)

Cloture du choeur et monument funéraire de Robert Poitevin, Poitiers, Eglise Saint-Hilaire (coll. Gaignières).

Né vers 1400 à Paris, probablement d’une famille d’origine poitevine, Robert Poitevin fut prêtre et professeur de médecine. Il devint le médecin attitré de la maison royale : Charles VII et Louis XI, mais aussi Marguerite d’Ecosse, Marie d’Anjou, Marie de Clèves, Angès Sorel – dont il fut un des exécuteurs testamentaires (Vallet de Viriville 1850, p. 488) – s’en remirent à ses soins (Favreau 1961). S’il figure officiellement comme médecin et conseiller du roi en 1449, il avait également été nommé trésorier de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers le 24 avril 1448 (ibid., p. 145, 147) . Dans le cadre des travaux de rénovation de l’église pendant le XVe siècle,  Robert Poitevin commandita, entre 1449 et 1474, la réalisation d’un nouveau portail dans la seconde travée du mur gouttereau nord. Démonté à l’occasion de la démolition des travées occidentales au début du XIXe siècle, il fut temporairement remployé dans la nouvelle façade de l’église (Crozet, Clément 1941, p. 501) pour disparaitre enfin lors des restaurations des années 1869-1875 (seuls quelques fragments sont encore conservés au Musée Sainte-Croix de Poitiers et au Victoria & Albert Museum de Londres) (Williamson 2001). Demeurant de manière stable à Poitiers dans la dernière partie de sa vie, il pris une part active à la vie du chapitre de Saint-Hilaire. À sa mort, le 26 juillet 1474, il fut enterré à l’intérieur de cette église, prés de l’autel des anniversaires (Favreau 1961, p. 151).

Clôture du chœur détail, Poitiers, Eglise Saint-Hilaire (coll. Gaignières).

Clôture du chœur détail, Poitiers, Eglise Saint-Hilaire (coll. Gaignières).

Dans le monument, il apparait coiffé d’une mitre qu’il avait le droit de porter, avec les gants, en tant que trésorier de Saint-Hilaire  (alors que la crosse était réservée à l’abbé, c’est-à-dire, dans le cas de l’église poitevine, au roi) (Vallet de Viriville 1850, p. 492). Favreau présume que Robert descendait de la famille des Poitevin seigneurs de la Bidolière (Favreau 1961, p. 141). Pourtant, les armoiries qui apparaissent sur la balustrade surmontant le portrait du défunt (armoirie 1) ne correspondent pas aux armes de la famille poitevine, qui portait d’azur à l’aigle éployée d’argent (Thibaudeau 1840, p. 403).

D’ailleurs, les écussons armoriés visibles dans le dessin de Gaignières pourraient n’avoir aucun lien avec la sépulture du trésorier. Juchés aux pinacles qui couronnaient les piliers de soutien de la balustrade du chœur, les écus sembleraient plutôt faire partie de cette dernière et appartenir, par conséquent, à son financeur ou à son commanditaire.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Poitiers, église Saint-Hilaire (clôture du chœur), http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/eglise-saint-hilaire-poitiers-cloture/, consulté le 27/01/2020.

 

Bibliographie sources

BnF, Est., Rés. Pe 1f, f. 52.

Bibliographie études

A.-R.-H. Thibaudeau. Histoire du Poitou. Nouvelle édition continuée jusqu’en 1789, Niort 1840.

L. Bellin de la Liborlière, « Remarques sur la nouvelle édition de l’histoire du Poitou, par Thibaudeau », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 1, 3, 1842, p. 169-192.

A. Vallet de Viriville, « Recherches historiques sur Agnès Sorel (deuxième article) », dans Bibliothèque de l’école des chartes, 11, 1850, p. 477-499.

H. Bouchot, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières et conservés aux départements des estampes et des manuscrits, Paris 1891.

R. Crozet, J. Clément, « Les notes archéologiques du baron de Guilhermy sur les monuments de Poitiers et du Poitou », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3ème série, 12, 1, 1941, p. 497-530.

J. Adhémar, « Les tombeaux de la Collection Gaignières. Dessins d’archéologie du XVIIe siècle », dans Gazette des Beaux Arts, 116, 88, 1974, p. 5-192 ; 118, 88, 1976, p. 3-128 ; 119, 90, 1977, p. 3-76.

R. Favreau, « Robert Poitevin, professeur à Paris, médecin des Princes trésorier de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers (v. 1390-1400 à 1474) », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, s. 4, 6, 1961, p. 141-151.

P. Williamson, « The Flamboyant Portal of Saint-Hilaire-le-Grand at Poitiers », dans Sculpture Journal, 5, 2001, p. 1-6.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Eglise Saint-Hilaire, Poitiers, clôture du chœur. Armoirie anonyme (armoirie 5)

Burelé ondé de … et de … à trois roses de … disposées 2 et 1.

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Clôture du chœur ;
  • Support armorié : pinacle ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Sculpture en pierre ;
  • Période : 1400-1425 ; 1425-1450 ; 1450-1475 ;
  • Dans le monument : Poitiers, église Saint-Hilaire (clôture du chœur)

Recherche

Menu principal

Haut de page