ArmmA déménage !

Veuillez nous retrouver en https://armma.saprat.fr. Merci de mettre à jour vos signets et d'utiliser dès à présent le nouveau site.

  • logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Logis

Le logis qui s’élève sur le coté sud de la cour du château présente aujourd’hui un aspect hybride, résultat des remaniements réalisés au XIXe siècle, surtout dans les façades, dans le système de couverture et dans les partitions internes. Sous cette apparence néogothique, l’édifice conserve encore des larges pans de la construction originelle, bâtie par Poncet de Rivière (1478-1487) et renouvelée et agrandie à l’initiative de Pierre de Sacierges (1495-1514), évêque de Luçon et abbé de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers (1487-1514).

Les armoiries de l’évêque marquent les parties de l’édifice qu’il fit bâtir ou aménager, comme sur le châtelet d’entrée du château. Un écusson en pierre sculpté avec ses armes a été encastré à l’extérieur du logis, sur la façade sud donnant sur la douve (armoirie 1). Placé entre deux fenêtres du premier étage, à quelques mètres seulement du pont levis donnant accès au rez-de-chaussée du logis, il a été apparemment réalisé dans une pierre différente de celle utilisée pour les reliefs ornant les cheminées du châtelet-poterne d’entrée. Si des dessins antérieurs aux restaurations du XIXe siècle situent déjà la pierre à cet emplacement, celui-ci apparaît comme inhabituel et nous ne pouvons pas exclure qu’il s’agisse d’un remploi. (Durand 1986, p. 88).

Bourg-Archambault, château, logis, portail d'entrée de la chapelle.

Bourg-Archambault, château, logis, portail d’entrée de la chapelle.

La pièce la plus remarquable du château, du point de vue artistique et de la mise en signe de l’espace, est la chapelle, réalisée au premier étage de la tour sud (elle fait 5,50 mètres de longe, pour 4,56 mètres de large). Elle fut construite près des appartements de l’évêque, selon l’hypothèse la plus répandue, entre 1494 et 1499 (Andrault, Meunier 1998, p. 14), mais il est plausible qu’elle soit un peu plus tardive. Une porte monumentale et richement ornée y donne accès. Surmontée d’un gâble en accolade avec de pinacles torsadés, elle est encadrée par deux consoles sculptées qui s’accrochent aux piliers de la porte : celle de droite prend la forme d’un animal fantastique, celle de gauche peut-être d’un chien.  L’armoirie du propriétaire et commanditaire des travaux est insérée dans le tympan (armoirie 2). Dépourvue de crosse, mitre et fanons, elle est surmontée d’une tête de lion qui tire la langue : un élément probablement prophylactique, très courant dans l’ornementation de l’espace religieux, qui jouait en même temps sur l’affinité avec le meuble principal de l’armoirie de l’évêque. À cause de l’absence des enseignes épiscopales, ce relief et l’armoirie insérée à l’exterieur du logis ont été datées d’avant 1495, lorsque Pierre de Sacierges obtient la confirmation de son élection controversée à la chair de Luçon, où il avait été imposé par le roi (De la Fontenelle 1847, I, p. 158-182 et ss. ; voir la liste des documents concernant son épiscopat). On ne peut toutefois retenir cette interpétation. D’abord, parce que Pierre de Sacierges avait déjà le droit de timbrer ses armes avec la crosse et la mitre avant 1495, en tant qu’abbé de Notre-Dame-la-Grande. Puis, parce que le programme iconographique et de mise en signe de l’espace est le résultat d’une campagne de travail unitaire qui fut certainement réalisé dans un délai restreint. Enfin, parce que les enseignes épiscopales n’accompagnaient pas systématiquement les armoiries des évêques. Pour des raisons d’équilibre de la composition ou d’espace – comme cela est probablement le cas ici – ces éléments pouvaient être omis.

Bourg-Archambault, chateau, logis, chapelle, porte aux armes de Pierre de Sacierges (détail de l'armoirie).

Bourg-Archambault, chateau, logis, chapelle, porte aux armes de Pierre de Sacierges (détail de l’armoirie).

Les armes du commanditaire, avec crosse et mitre cette fois, sont sculptées sur la porte en bois de la chapelle (armoirie 3). L’aspect de l’armoirie et le fait que ce panneau se différencie, par son ornementation, des trois autres composant la porte ont conduit d’aucuns à croire que la plaque avait été remplacée après 1495 (Durand 1986, p. 107). Pourtant, encore une fois, tout laisse penser que la porte a été produite en un seul moment par le même atelier, comme on peut le voir par l’homogénéité du décor, à la fois dans le choix des éléments architecturaux reproduits et par l’aspect formel et la qualité, plutôt médiocre, de la sculpture.

À l’intérieur de la chapelle, le discours héraldique se complexifie. D’abord, les armes de Pierre de Sacierges, repeintes au XIXe siècle et peut-être même plus récemment, apparaissent sur la clef de la voûte en croisée d’ogives (armoirie 4). Elles sont timbrées par la crosse épiscopale, mais ne présentent pas de mitre. Comme une sorte de projection, l’image héraldique de la clef de voûte est reprise par le carreau central de la rosace qui orne la partie centrale du sol de la chapelle (armoirie 11). Dans ce cas, l’arme familiale de l’évêque n’est pas accompagnée par les emblèmes de son autorité épiscopale, mais est encadrée par sa devise DOMAT OMNIA VIRTUS (Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet de médailles).

C’est justement sur les carreaux en terre cuite qui composent le sol de la chapelle que les figurations héraldiques se font plus nombreuses et complexes, comme cela était le cas, dans les mêmes années, dans la chapelle du château de Dissay.

Bourg-Archambault, château, logis, chapelle avec sol à carreaux émaillés.

Bourg-Archambault, château, logis, chapelle avec sol à carreaux émaillés.

Les carreaux ont été réalisés à la presse dans une terre d’origine locale (et donc sur place ?) à l’aide d’une matrice qui imprimait en creux le motif souhaité, puis incrustés de terre blanche (Durand 1986, p. 94) et vernissés. Même si une partie du carrelage a été probablement refaite (Durand 1986, t. 2, fig. 23), les carreaux héraldiques semblent conserver leur disposition d’origine, marquant l’espace devant l’autel et la cheminée. Devant l’autel, un bandeau encadré par des carreaux ornés de motifs végétaux contient trois écus d’environ 18 cm de hauteur (armoiries 5-7). De droite (nord) à gauche (sud), on reconnaît : l’armoirie du roi de France (soutenue par deux anges et timbrée d’une couronne) (armoirie 5), celle de Pierre de Sacierges (soutenue par deux anges et, probablement, timbrée d’une crosse et d’une mitre) (armoirie 6) et, enfin, un écu contenant la devise de l’évêque (Doma omnia virtus), soutenu également par deux anges et timbré d’une crosse et d’une mitre (armoirie 7). À l’extrémité sud de la chapelle, en partant de l’autel et en descendant vers la cheminée, se trouvent trois autres écussons (armoiries 8-10). Le premier est chargé d’une armoirie encore non identifiée d’or au chevron de gueules sommé d’un croissant et cantonné de trois molettes d’éperon à huit pointes de même (armoirie 8). Sans aucune raison apparente, elle est timbrée d’une couronne et tenue par deux anges, comme la plupart des autres armoiries, probablement en réutilisant des pièces produites en série. Le second écu porte les armes du roi de France (timbrées d’une couronne et tenues par deux anges) (armoirie 9), tandis que le dernier est encore aux armes de Pierre de Sacierges (timbrées de crosse et mitre) (armoirie 10).

Carreau de pavement aux armes de Pierre de Sacierges. Bourg-Archambault, château, logis, chapelle.

Carreau de pavement aux armes de Pierre de Sacierges. Bourg-Archambault, château, logis, chapelle.

Le discours emblématique était amplifié par les figures qui apparaissent sur d’autres petits carreaux, en forme de losange, qui complètent le carrelage. Notamment, dans le bandeau qui encadre la rosace centrale, le roi de France est à nouveau évoqué par les nombreuses fleurs de lys, représentées soit par groupes de quatre, soit dans la forme du semé. D’autres carreaux sont décorés d’une mitre et d’une crosse, enseignes de fonction de Pierre de Sacierges, ou de lettres majuscules (que l’on retrouve même dans d’autres parties du carrelage) : un A surmonté d’une couronne – en lien avec Anne de Bretagne, épouse de Louis XII (Durand 1986, p. 96) ? –, un S (de Sacierges ?), mais aussi des B, I, Q, TE, des P (dans la rosace, pour Pierre de Sacierges ?), des L (Louis XII ?) et des W. Sur la base de ces lettres, qui restent toutefois en grande partie encore à déchiffrer, la mise en œuvre du carrelage pourrait dater d’après 1499, date du mariage entre Louis XII et Anne de Bretagne (8 janvier 1499) et du départ de Pierre de Sacierges pour l’Italie (Durand 1986, p. 108), où il se trouvait dès le 6 octobre 1499 à l’occasion de l’entrée de Luis XII à Milan (Aillery 1860, p. XVIII).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Bourg-Archambault, château (logis et chapelle), http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/chateau-bourg-archambault-logis-et-chapelle/, consulté le 27/01/2020.

 

Bibliographie études

A.-D. de la Fontenelle, Histoire du monastère et des évêques de Luçon, Paris 1847.

E. Aillery, Pouillé de l’évêché de Luçon, Fontenay-le-Comte 1860.

Ph. Durand, Les châteaux de la baronnie de Montmorillon aux XIVe et XVe siècles, doctorat de civilisation médiévale, sous la dir. de Robert Favreau, Université de Poitiers, 1986.

J.-P. Andrault, M.-F. Meunier, Châteaux et gentilhommières en Haut-Poitou, Paris 1998.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Château, Bourg-Archambault (logis). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 1)

Fascé d'(argent) et d'(azur?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Façade ;
  • Emplacement précis : Mur sud ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : Déplacée dans le même monument ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 2)

Fascé d'(argent) et d'(azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Tympan ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 3)

Fascé d'(argent) et d'(azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout, timbré d’une crosse et d’une mitre.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Porte et boiseries ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en bois ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 4)

Fascé d'(argent) et d'(azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout, posé sur une crosse.

  • Attribution : Armoirie restaurée ; Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre peint ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie roi de France (armoirie 5)

D'(azur) à trois fleurs de lys d'(or), timbré d’une couronne et soutenu par deux anges.

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 6)

Fascé d'(argent) et d'(azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout, timbré d’une crosse et d’un mitre et soutenu par deux anges.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Devise Pierre de Sacierges (armoirie 7)

Devise « Domat omnia virtus »

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie inconnue (armoirie 8)

De … au chevron de … sommé d’un croissant de … et cantonné de trois molettes d’éperon à huit pointes de …, timbré d’une couronne et soutenu par deux anges.

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie roi de France (armoirie 9)

D'(azur) à trois fleurs de lys d'(or), timbré d’une couronne et soutenu par deux anges.

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 10)

Fascé d'(argent) et d'(azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout, timbré d’une crosse et d’une mitre, soutenu par deux anges.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Château, Bourg-Archambault (chapelle). Armoirie Pierre de Sacierges (armoirie 11)

(Fascé d’argent et d’azur ?), au lion de (gueules) couronné brochant sur le tout, encadré par la devise Domat omnia virtus.

  • Attribution : Sacierges, Pierre de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Chapelle ;
  • Emplacement précis : Sol ;
  • Support armorié : Carreau ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Terre-cuite vernissée ;
  • Période : 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Bourg-Archambault, château (logis et chapelle)

Recherche

Menu principal

Haut de page