• logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Angles-sur-l’Anglin, château

Mentionné pour la première fois en 1025 (Bourgeois 2005, p. 9), le château d’Angles-sur-l’Anglin fut probablement bâti, pour ce qui concerne les parties encore visibles et notamment la tour maîtresse, à la fin du XIe ou dans la première moitié du XIIe siècle sur l’éperon rocheux qui surplombe le village. Documenté à l’origine parmi les biens des Isembert, qui, au XIe siècle, donnèrent trois évêques en succession au diocèse de Poitiers, la château d’Angle passa vers 1100 aux Lusignan, puis, aux Lezay qui en eurent la seigneurie jusqu’à la seconde moitié du XIIIe siècle, quand les évêques de Poitiers en reprirent progressivement le contrôle (Bourgeois 2005, p. 11). La récupération de la châtellenie s’acheva ainsi définitivement en 1294, pour se maintenir jusqu’à Révolution (Michaud 1994, p. 30). Après une reconstruction documentée dans les années 1330 (Crozet 1942, p. 71, doc. 297; Baudry 2001, p. 273-274), le réaménagement de la forteresse dans les formes actuellement visibles fut promue par Hugues de Combarel, évêque de Poitiers de 1424 à 1441 et auteur d’importantes commandes pour la cathédrale pictave (Andrault-Schmitt 2013, p. 75) ainsi que pour l’abbaye de Valence où ses armes se trouvent « sur toutes les faces » du château (Auber 1849, cité par D’Arboval 1914, p. 38). Déjà en état d’abandon au début du XVIIIe siècle – en 1708 on renonça à entreprendre des travaux de restauration à cause des dépenses, jugées comme excessives – il devint une carrière publique en 1793. Vendu en mai 1882, il fut racheté en 1923 par la Société des Antiquaires de l’Ouest pour enfin passer, en 1986, à la mairie d’Angles (Durand, Andrault 1995, p. 172).

Angles-sur-l'Anglin, chateau, armoiries du roi et de Hugues de Combarel, détail du donjon aux armes du roi et de Hugues de Combarel.

Angles-sur-l’Anglin, château, armoiries du roi et de Hugues de Combarel, détail du donjon aux armes du roi et de Hugues de Combarel.

Une longue et haute enceinte d’environ 300 mètres de longueur et de forme approximativement triangulaire renferme les bâtiments résidentiels tandis que des tours circulaires, dotées d’archères et de canonnières, protègent tous les cotés de la structure. Une large porte d’entrée, communément dite « aux 300 clous », était protégée par deux tours. En arc brisée et cantonnée de colonnettes ornées de chapiteaux gothiques, elle fut probablement réalisée dans les premières années du XIIIe siècle et remaniée dans la première moitié du XVe siècle (Bourgeois 2005b, p. 15 ) quand son sommet fut ornée d’un écu armorié (Gillard 1926, p. 5) (armoirie 1). L’armoirie n’était déjà plus reconnaissable au début du XXe siècle, peut-être parce qu’elle avait été victime d’un acte de damnatio memoriae. Henri d’Arboval avait imaginé qu’il s’agissait des armes du roi, parce que deux anges supportent l’écu (D’Arboval 1914, p. 35). En réalité, ce type de dispositif n’était pas exclusif du roi : des support « célestes » accompagnaient également les armes de personnages exterieurs à la famille royale, comme l’atteste l’armoirie de l’abbé Raoul du Fou sculptée sur le portail du prieuré d’Availles. Rien n’interdit de croire que c’étaient les armes de l’évêque (Michaud 1994, p. 106) à marquer cette porte qui ne constituait d’ailleurs pas l’accès principal à la forteresse – ce dernier se trouvait de l’autre coté de l’éperon, vers l’église Saint-Pierre – mais servait plutôt aux habitants du village pour trouver refuge dans le château en cas d’urgence. En outre, il faut remarquer que c’est la seule armoirie à avoir été bûchée délibérément : il est donc très probable qu’elle portait les trois fleurs de lis, victimes privilégiées des ravages révolutionnaires.

L’armoirie royale apparaît, encore intacte, de l’autre coté de la grand cour, au dessus de la porte d’entrée principale du château, sur le mur oriental de l’ancien donjon roman (la partie la plus ancienne de la forteresse),  totalement renouvelé par Hugues de Combarel qui l’adapta à un usage résidentiel (Bourgeois 2005, p. 15). Notamment, il fit restaurer la tour angulaire du donjon et accrocher une bretèche à son sommet pour contrôler et défendre le grand portail d’entrée. Celui-ci fut alors orné par une majestueuse représentation héraldique, formée par les armes de l’évêque (armoirie 2) et du roi (armoirie 3) (il s’agit probablement de Charles VII, sacré en 1429). Les marques d’autorité timbrent les deux armoiries : la crosse épiscopale pour celle d’Hugues de Combarel, la couronne fleurdelisée pour celle du roi. Les deux armoiries étaient protégées et mises en valeur par un dais gothique, installé en fonction de larmier, soigneusement ciselé, avec des gâbles fleuris et séparés par un haut pinacle, qui terminent en bas dans un délicat arc polylobé. En haut, un cadre mouluré couronne l’élément architectural. L’agencement par superposition des deux écus, qui sont exactement de la même taille, reflète l’ordre hiérarchique entre les deux autorités. Toutefois, il ne s’agissait probablement pas d’une simple déclaration de fidélité et d’obéissance au roi de la part de l’évêque poitevin – comme cela arrivera plus tard dans les reliefs du portail du prieuré d’Availles – dans le contexte de la guerre, encore en cours, contre les Anglais, qui avaient d’ailleurs occupé le château d’Angles de 1360 à 1372. En effet, si la forteresse conserva une fonction stratégique, il ne faudra pas oublier que, vers 1420, la châtellenie d’Angles avait probablement déjà été érigée en baronnie ; par conséquent, les évêques de Poitiers ne gardaient que le bénéfice des revenus, tandis que le contrôle militaire de la structure dépendait directement du roi, qui avait à son service le capitaine de la garnison hebergée dans le château (Michaud 1994, p. 37). C’est probablement dans la perspective de cette dualité de pouvoirs, royal et épiscopal, qu’il faudra donc lire la mise en signe héraldique de la porte de la forteresse.

Angles-sur-l’Anglin, château, portail d’entré du logis aux armes de Hugues de Combarel.

Le discours héraldique qui se déroule tout au long de l’enceinte du château résonne toutefois différemment, comme un dernier effort de l’évêque poitevin pour affirmer ses droits seigneuriaux, désormais amoindris. En franchissant le portail, on se retrouve alors dans la grande cour où, le long de la muraille sud-occidentale, l’évêque Hugues de Combarel avait fait construire un logis (appelé château neuf dans les inventaires), contenant trois chambres dotées de cheminées (D’Arboval 1914, p. 35). Le logis donnait sur le précipice creusé par le cours de l’Anglin, afin de profiter de la plus grande largeur de vue (Eydoux 1971, p. 204) mais, surtout, afin d’être à son tour visible des alentours et de manifester ainsi la présence et la puissance de son seigneur. Il s’agissait d’une demeure de plaisance, semblable par sa structure et sa fonction à celles, de plus en plus nombreuses, que les seigneurs de la région (et d’ailleurs) commanditaient à l’intérieur de leurs forteresses entre la seconde moitié du XVe siècle et le début du XVIe. Comme à l’habitude, les armes des Combarel se trouvent au-dessus du grand portail qui donnait accès au logis (armoirie 4) surveillé, à gauche, par une tour à plan circulaire et, à droite, par une archère-canonnière.

Les figures de deux clercs en costume de chœur, selon la tradition, ou, plus probablement, de deux anges, supportent l’écu dont la taille est vraiment

considérable et un peu disproportionnée par rapport à la porte.

Angles-sur-l'Anglin, château, armoirie 8

Angles-sur-l’Anglin, château, armoirie de Hugues de Combarel.

Même si l’emplacement de l’élément armorié semble un peu suspect, il faut rappeler que le marquage héraldique de l’entrée de l’édifice, voie d’accès unique ou prioritaire aux espaces de résidence et de réception, répondait à une pratique de mise en signe bien rodée : l’armoirie révélait aux hôtes l’identité du propriétaire du lieu qui s’affichait ainsi en revendiquant la possession de l’immeuble dans sa totalité. En revanche, les armes de son successeur, Guillaume de Charpaignes (connue comme d’azur à la fasce d’or accompagnée en chef de deux croissants d’argent et un autre croissant en pointe), seraient représentées sur le pignon de ce petit donjon (armoirie 5) – elles sont visibles au-dessus du linteau d’une fenêtre qui en éclairait le grenier (Michaud 1994, p. 59) – avec la variante de l’étoile d’or placée entre les deux croissants en chef (D’Arboval 1914, p. 91). Le prélat porta vraisemblablement à terme la construction de l’édifice (Gillard 1926, p. 7), dont l’édification doit par conséquent se situer entre la fin de l’épiscopat d’Hugues de Combarel (1441) et les premières années de celui de Guillaume de Charpaignes, évêque de 1441 à 1449 (d’autres aménagements furent ensuite réalisés en 1454-1455 et 1469-1470 ; cf. Crozet 1942, p. 136, doc. 541 et Bourgeois 2005, p. 16).

Par contre, les autres travaux d’aménagement de la structure fortifiée semblent avoir étés conduits avant la mort de Hugues de Combarel, vu que seules ses armes y apparaissent. En effet, la ceinture externe du château porte les marques d’Hugues, même si elles sont dépourvues de la crosse abbatiale. Ses armes signent systématiquement les principaux éléments défensifs qui couronnent l’enceinte, et notamment ses tours. Elles sont toujours placées sur le coté en face du village et de la rue qui passe en-dessous de l’éperon rocheux, avec un souci évident : assurer la visibilité du seigneur du lieu depuis toutes les bourgades qui formaient l’habitat d’Angles. Seule la tour dite aux oignons en semble dépourvue, mais on peut supposer qu’elles ont disparu avec l’écroulement de la partie sommitale de la structure.

Angles-sur-l'Anglin, château, tours de la chapelle et de la prison (armoiries 7, 8, 9).

Angles-sur-l’Anglin, château, tours de la chapelle et de la prison (armoiries 7, 8, 9).

L’armoirie de l’évêque est d’abord visible sur la tour crénelée, communément appelée Amallec, qui flanque le grand logis méridional (armoirie 6). Elle est placée entre deux fenêtres, ouvertes tardivement en coupure du mur, et était clairement visible depuis le pont qui traverse l’Anglin et depuis le quartier qui se trouve autour de l’abbaye Sainte-Croix. L’armoirie de l’évêque a été sculptée sur une pierre encastrée dans la partie haute de la tour dite de la Prison (armoirie 7), dont les murs furent épaissis et dotés de nouvelles ouvertures de tir sous l’épiscopat d’Hugues de Combarel. À gauche, la tour dite de la chapelle porte également les armes de l’évêque poitevin (armoiries 8, 9): elles surplombent la voie secondaire d’accès au château et doublent, par conséquent, le message héraldique qui était confié à l’armoirie sculptée au-dessus du portail (armoirie 1). L’une (armoiries 8) se trouve juste au-dessus de la base de la tour, l’autre (armoiries 9) – la seule de l’ensemble à être associée à la crosse épiscopale – est placée à sa verticale, dans la partie haute de la même muraille et surmontée par une arcature trilobée à trois pinacles (dans les études consacrées à l’édifice, cette dernière armoirie est erronément identifiée avec les armes de Guillaume de Charpaignes ; cf. Michaud 1994, p. 49) : une répétition étonnante qui marquait probablement une phase de reprise des travaux de fortification dans cette partie de l’enceinte –  on observe en effet un changement dans la composition de la maçonnerie (Michaud 1994, p. 144) – mais qui servait sans doute à rendre manifeste la présence de l’évêque sur un point stratégique du château et bien visible depuis le village.

Deux reliefs aux armes des Combarel, toujours réalisés dans une seule pierre encastrée dans la partie sommitale de la maçonnerie et protégée par un larmier, sont visibles sur le pignon septentrional du donjon (armoirie 10), placés entre deux fenêtres, et sur la tour, dite d’angle, qui se trouve juste à côté (armoirie 11).

Angles-sur-l'Anglin, château, donjon et tour avec armoiries de Hugues de Combarel (armoirie 10, 11)

Angles-sur-l’Anglin, château, donjon et tour avec armoiries de Hugues de Combarel (armoirie 10, 11)

Enfin, la porte surveillée par le donjon roman réaménagé au XVe siècle permettait d’accéder à une cour secondaire de forme rectangulaire, par laquelle on arrive enfin à une troisième, plus petite et triangulaire, renfermée par la courtine et par deux tourelles. Pour renforcer la défense de ce côté du château, qui donne sur la tranchée jadis appelée des Anglais – une faille naturelle aménagée dans la construction du château –, une tour-porte de forme semi-circulaire fut ajoutée dans un deuxième temps au vestibule et à la cour secondaire sur l’angle nord-oriental de l’enceinte (Michaud 1994, p. 80; Bourgeois 2005, p. 14), peut-être sous l’épiscopat de Jacques Jouvenel des Ursins (1449-14579) (ibid., p. 144). En effet, des documents attestent qu’il a commandité des travaux au château (Crozet 1942, p. 136, doc. 541), mais il ne semble pas avoir eu l’habitude de le « signer » avec ses armes. Il s’agit d’une intervention successive à celles réalisées par Hugues de Combarel. La tour, dont la structure n’est pas bien amorcée à l’appareillage de l’enceinte, est adossée à un mur déjà orné d’une armoirie de l’évêque (armoirie 12) (Michaud 1994, p. 80). Si elle se trouve aujourd’hui à l’intérieur d’un espace fermé et doté d’une archère, elle avait été sûrement conçue à l’origine pour être exposée à l’extérieur et, donc, pour marquer la conclusion des travaux de construction du vestibule (Michaud 1994, p. 144) : on l’infère de la présence du larmier qui la protège, tout à fait identique à ceux qui « couronnent » les autres armoiries de l’évêque placées sur la face externe de l’enceinte de la forteresse.

Auteur :

Bibliographie études

J.-L. Auber, Histoire de la cathédrale de Poitiers, Poitiers-Paris 1849.

H. d’Arboval, Angles-sur-Anglin et Chauvigny-sur-Vienne, I. Angles-sur-l’Anglin, Tours 1914.

H. Gaillard, Angle-sur-l’Anglin. La ville, le château. Essai de reconstruction archéologique et historique, Poitiers 1926.

R. Crozet, Textes et documents relatifs à l’histoire des arts en Poitou (Moyen âge – Début de la Renaissance), Poitiers 1942.

H.-P. Eydoux, Châteaux fantastiques, III, Paris 1971.

P. Durand, « La protection religieuse de l’entrée du château à l’époque romane en Haut-Poitou », dans Cahiers de civilisation médiévale, t. 31, 123, 1988, p. 202-212.

F. Michaud, La forteresse épiscopale d’Angles-sur-l’Anglin, mémoire de maitrise, Université de Poitiers 1994, dir. M.-Th. Camus.

P. Durand, J.-P. Andrault (sous la dir.), Châteaux, manoirs et logis. La Vienne, Prahecq 1995.

P. Durand, « Le château d’Angles-sur-l’Anglin », dans Bulletin de la Société des Amis des Pays lochois, 1997, p. 107-118.

M.-P. Baudry, Les Fortifications des Plantagenêts en Poitou 1154-1242, Paris 2001.

L. Bourgeois, « Angles-sur-l’Anglin (Vienne) », dans Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen-Âge. Formes et monuments, t. 2. Angles-sul-l’Anglin, Argenton-Château, Charroux, Melle, Parthenay, Rom, sous la dir. de Id., Chauvigny 2005, p. 7-27.

C. Andrault-Schmitt, « Gilbert, Jean et les autres : les évêques et leur domus », dans La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, sous la dir. de C. Andrault-Schmitt, Poitiers 2013, p. 69-79.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 1)

(Partie, au premier de azur à trois coquilles de or posées en pal, au second de gueules à une demi-molette de argent), soutenue par deux anges.

  • Attribution : Armoirie bûchée ; Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 2)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent), accolée à une crosse épiscopale.

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Côté est ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie roi de France (armoirie 3)

De (azur) aux trois fleurs de lis de (or), timbrée d’une couronne.

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Côté est ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 4)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent), soutenue par deux moines.

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Position : Rez-de-chaussée ;
  • Étage : Rez-de-chaussée ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : ; ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Porte d'entrée ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Guillaume Gouge de Charpaignes (armoirie 5)

De (azur) à la fasce de (argent ou or) accompagnée en chef de deux croissants de (or ou argent), à une étoile de … entre eux, et d’un autre croissant de (or ou argent) en pointe.

  • Attribution : Gouge de Charpaignes, Guillaume ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Pignon ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 6)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur ouest ; Mur sud ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 7)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ; Mur nord ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 8)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ; Mur nord ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 9)

Partie, au premier d'(azur) à trois coquilles d'(or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette d'(argent), posée sur une crosse épiscopale.

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ; Mur nord ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 10)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ; Mur nord ; Pignon ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 11)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ; Mur nord ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Château, Angles-sur-l’Anglin. Armoirie Hugues de Combarel (armoirie 12)

Partie, au premier de (azur) à trois coquilles de (or) posées en pal, au second de (gueules) à une demi-molette de (argent).

  • Attribution : Combarel, Hugues de ;
  • Position : Extérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Mur est ;
  • Support armorié : Pierre sculptée ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Relief en pierre ;
  • Période : 1425-1450 ;
  • Dans le monument : Angles-sur-l'Anglin, château

Recherche

Menu principal

Haut de page