ArmmA déménage !

Veuillez nous retrouver en https://armma.saprat.fr. Merci de mettre à jour vos signets et d'utiliser dès à présent le nouveau site.

  • logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Fondée au milieu du IXème, l’abbaye bénédictine Notre-Dame s’élèvait dans la partie méridionale de l’ancien diocèse de Poitiers (Beauchet-Filleau 1868, p. 124), à peu près à mi-chemin entre Poitiers et Angoulême. Ruinée, selon la tradition, par les Normands au début du Xème siècle (Font-Réaulx 1915, p. 141), fut totalement relevée à partir du début de l’XIème siècle. La fondation monastique connut alors son apogée, marqué par le début du chantier de l’église et par la construction des édifices annexes à la clôture monastique, ces derniers achevés avant le milieu du XIIIème siècle.

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie.

Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie.

Si l’abbatiale fut presque totalement détruite après avoir été désaffectée en application d’un édit épiscopal de 1770 et avoir été plus tard utilisée comme carrière (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 162), les autres bâtiments sont encore en état. Parmi eux, à quelques mètres au sud-est de l’emplacement autrefois occupé par le chevet de l’église abbatiale, se dresse un bâtiment considérable par ses dimensions (50,50 mètres de long et 11,50 mètres de large), dénommé Grands greniers (sic!) ou Hôtellerie. Il est divisé à l’intérieur en deux étages, que deux murs de refend fractionnent en trois pièces par niveau: une grande salle au centre (170 m2) et, sur les deux cotés, deux plus petites de dimensions identiques (120 m2). Ces dernières sont fournies de cheminées et communiquent avec les salles centrales par des portes ouvertes dans les murs de refend. Un escalier externe en pierre, attenant à la façade nord, assure l’accès au premier étage, au niveau de la grande pièce centrale.

L’austérité des façades, dépourvues d’éléments ornementaux, contrastait avec l’aspect plus soigné des murs intérieurs, entièrement couverts de peintures réalisées au cours de plusieurs campagnes entre la seconde moitié du XIIIème siècle et le début du XIVème. Les vestiges de deux cycles héraldiques ont été identifiés, au premier étage, dans la partie supérieure du mur pignon et des murs de refend de la salle centrale et de celle occidentale (à la suite de l’installation d’un plancher en bois les peintures ont été cachées dans les combles de l’édifice) (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 159 ; Dubourg-Noves 1999, p. 289 ; Comte 2010, p. 254.).

Armoirie du roi de France. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle centrale, parois est).

Armoirie du roi de France. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle centrale, mur ouest).

Un premier cycle héraldique fut réalisé dans la salle centrale après la réfection de la toiture en 1265 (chronologie établie par dendrochronologie : Piat, Bouvart 2014, p. 74). On en reconnaît les vestiges sur le mur de refend ouest, à une hauteur d’environ 5 mètres par rapport au niveau du sol médiéval. Seulement deux écussons de dimensions considérables (70 cm de hauteur) émergent aujourd’hui des enduits les plus récents. L’un, dans l’angle droit de la salle, porte les armes des Rochechouart (armoirie 2) (Comte 2010, p. 254 ; Ferrari sous presse), tandis que l’autre, placé dans la partie opposée de la même paroi, est chargé d’un semé de fleurs de lys (armoirie 1) qui semble brisé par un lambel de gueules. Il s’agirait donc de l’armoirie de Charles d’Anjou, ce qui permettrait de dater la peinture avant 1285, année de sa mort (Ferrari sous presse). Placés sur la même paroi et à la même hauteur, les deux écussons faisaient peut-être partie d’une série plus vaste formant une frise qui se déroulait soit sur le seul mur de refend, soit sur les quatre murs de la salle, juste au-dessous du niveau des poutres.

Une fois  le réaménagement de l’édifice terminé vers 1290, une nouvelle série héraldique fut réalisée sur les tympans de la salle centrale (armoiries 3-5, 6-8) et de celle occidentale (armoiries 9-17, 18-26), à une hauteur d’environ 7,50 mètres du sol originel. Le cycle débutait dans la salle centrale, la plus importante du point de vue dimensionnel et fonctionnel. Six écus armoriés, d’environ 60 centimètres de haut, sont réparties en deux ensembles équivalents respectant une disposition hiérarchiquement ordonnée. La séquence commence à gauche de la porte d’entrée à l’étage – à savoir à sa dextre, la position la plus valorisante avec l’armoirie du roi de France (armoirie 3), accompagnée dans l’ordre, à dextre, par celle des Lusignan (armoirie 4) et, à senestre, par celle des Archiac (armoirie 5).

Armoiries Lusignan, France, Archiac. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle centrale, parois est).

Armoiries Lusignan, France, Archiac. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle centrale, mur est).

Sur la paroi d’en face, la place d’honneur est occupée par l’armoirie aux quartiers inversés de Castille-León (armoirie 6) (à savoir écartelée avec les armes de León au premier quartier), accompagnée par celle de Bourgogne ancienne (armorie 7), à dextre, et par une seconde, désormais illisible (armorie 8), à senestre (Ferrari sous presse).

Dans la salle occidentale, la série héraldique est plus nourrie, bien que formée par des écus de taille plus petite. L’identification des armoiries est rendue plus compliquée par l’état de conservation des peintures, notamment par l’altération des couleurs. Sur le mur est, au-dessus de la porte d’accès à la pièce, la première rangée présente les armes de quatre potentats (armoiries 9-12): Aragon (ou Provence), Castille-León (toujours dans la version aux quartiers inversés), Champagne et France. La seconde rangée, ouverte par l’armoirie des Coucy (armoirie 13), est par la suite réservée à des personnages et familles locales (armoiries 14-17): Geoffroy II de Lusignan († 1305), seigneur de Jarnac et de Château-l’Archer, Rochechourat et, peut-être, Manhac (De Vaivre 2000, p. 122) et Verdiers (De Boos 2004, p. 209), mais ces deux dernières identifications restent douteuses.

Ecus armoriés. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle ouest, mur pignon ouest).

Écus armoriés. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle ouest, mur pignon ouest).

L’identification des armories peintes sur le mur pignon ouest demeure plus compliquée à cause de leur état de conservation. Nous y reconnaissons, en haut, encore un écu aux armes des Lusignan (armoirie 19) – probablement dans la variante Lusignan-La Marche (Armorial Le Breton, p. 37) –, tandis qu’en bas nous retrouvons les armoiries des Rancon (armorie 22), La Rochefoucauld (armorie 23), Archiac (armorie 24), Dreux-Bretagne (armorie 25) et Châteauvillain (armorie 26) (Ferrari sous presse).

Réalisé entre 1289–1290 (années d’abattage des bois de la charpente) et 1305 (mort de Geoffroy II de Jarnac), le cycle de Nanteuil-en-Vallée ne semble pas attribuable à un événement spécifique. L’inversion des quartiers dans l’armorie de Castille et León (armoiries 6, 10)  pourrait en effet faire penser à l’armoirie de Ferdinand de la Cerda, fils et héritier d’Alphonse X le Sage et de ses enfants (Menéndez Pidal 2011, p. 169), dont les rois Philippe III et Philippe IV cherchèrent à plusieurs reprises – mais sans résultats – de garantir la succession au trône du royaume ibérique (Masnata de Quesada 1985, p. 184). Pourtant, il faudra noter que cette inversion est plutôt fréquente à l’époque dans la représentation des armes de Castille, sans qu’elle soit vraiment significative : dans le réfectoire de la cathédrale de Pampelune, dans la résidence du cardinal de Bayonne à Avignon, dans le plafond d’une maison médiévale de Metz, dans le cloître de l’abbaye de Canterbury et dans frise héraldique de la Sala di Dante dans le Palazzo del Popolo de San Gimignano, mais aussi dans certains armoriaux tels le Walford’s Roll, le Camdem Roll, le Wappenrolle von Zurich. De plus, aucune des familles représentées à l’“Hôtellerieˮ pris part aux opérations militaires déclenchées par l’usurpation du trône de Castille par Sanche IV.

Une interprétation différente, symbolique et davantage ancrée dans le contexte local, semble donc à envisager pour expliquer la juxtaposition insistée, dans le cycle de Nanteuil, des armories de France et de Castille-León (armoiries 3/6, 10/12).

Armoirie contournée Castille-Léon. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle ouest, parois est).

Armoirie inversée Castille-Léon. Nanteuil-en-Vallée, abbaye Saint-Benoit-et-Sainte-Marie, Hôtellerie (Ier étage, salle ouest, parois est).

Dans le cadre d’une période de frictions politiques et militaires, qui toucha plus ou moins directement le territoire poitevin, le commanditaire du cycle de Nanteuil-en-Vallée voulut probablement donner, par le biais de l’héraldique, une image de la noblesse locale réunie autour du roi, tout en mêlant ces armes à celles d’autres grandes familles du règne, tels les Coucy et les Châteauvillain (armoiries 13, 26) – si notre identification est exacte – peut-être dans le but de donner plus de prestige à l’assise indigène (Ferrari sous presse). Dans cette perspective l’association des armes de France et de Castille-León, comme Christian de Mérindol nous suggère, pourrait faire allusion à la personne de Louis IX, roi de paix et de justice, dont la canonisation était d’ailleurs toute récente (1297). Les armes de Castille-León renverraient donc à Blanche de Castille, mère de Louis et de son frère Alphonse († 1271), qui avait détenu en apanage le Poitou. Le palé d’or et de gueules (armoirie 9) pouvait donc bien renvoyer à Marguerite de Provence, femme du roi saint († 1270). Le cycle aurait donc fait allusion au règne de Louis IX et, par conséquent, au gouvernement de son frère qui, après les troubles de la première moitié du siècle, avait réussi à pacifier la région au point qu’aucune autre révolte majeure ne se signala de son vivant. À travers l’armoirie de Champagne (armoirie 11) un parallélisme entre le roi saint et Philippe IV – comte de Champagne par le biais de son mariage – aurait donc été établi (Ferrari sous presse).

Enfin, le passage à l’abbaye de Philippe le Bel le 6 décembre 1303 aurait pu fournir le prétexte pour l’exécution d’un tel programme. Le souverain, accompagné par sa femme et par sa cour, fit étape à Nanteuil durant son voyage vers le Roussillon, après avoir tenu conseil à Poitiers, à Vivonne, à l’abbaye de Valence et à Civray (Lalou 1994, p. 701-702 ; Ead. 2007, p. 230 ; Comte 2010, p. 265-266). Bien que de courte durée, la halte du roi, comme le reste du voyage, fut vraisemblablement préparée à l’avance, donnant ainsi aux moines le temps de prédisposer l’abbaye pour accueillir dignement cet hôte illustre (Ferrari sous presse). Le choix d’orner les deux salles supérieures de l’Hôtellerie était probablement lié à la fonction de ces espaces. La présence d’un premier cycle héraldique dans la salle centrale du premier étage semble un indice de la vocation séculière et publique de cette pièce (Comte 2010, p. 254) – s’agit-il de la magna aula mentionnée dans un acte du XVème siècle ? (Rempnoulx-Duvignaud 1886, p. 214 ; Piat, Bouvart 2014, p. 64-65) – qui aurait pu servir comme lieu de réception pour les hôtes de l’abbaye et de siège, même pour une courte durée, de fonctions administratives ou juridiques (Ferrari sous presse).

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/abbaye-saint-benoit-et-sainte-marie-hotellerie-nanteuil-en-vallee/, consulté le 27/01/2020.

 

Bibliographie sources

Armorial Le Breton, Paris, Archives Nationales, ms. MM684/L-AE/I/25/6.

Bibliographie études

H. Beauchet-Filleau, Pouillé du diocèse de Poitiers, Niort-Poitiers 1868.

J. de Font-Réaulx, Diplômes carolingiens de Saint-André de Bordeaux, Paris 1915.

A. Rempnoulx-Duvignaud, « L’abbaye de Nanteuil-en-Vallée (Angoumois, diocèse de Poitiers) », dans Bulletin historique et archéologique de la Charente, s. 5, 8, 1886, p. 125–236.

D. Masnata de Quesada, « La Casa Real de La Cerda. Precisiones, rectificaciones y ampliaciones », dans Estudios Genealogicos y Heraldicos, 1, 1985, p. 169–229.

É. Lalou (R.-H. Bautier dir.), Les comptes sur tablettes de cire de la Chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et de Philippe IV le Bel (1282–1309), Paris 1994.

P. Dubourg-Noves, « Les vestiges de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée », dans Congrès archéologiques de France, t. 153, Charente, Paris 1999, p. 277–292.

J.-B. De Vaivre, « La forteresse de Kolossi en Chypre », dans Monuments et mémoires, 69, 2000, p. 73–155.

E. De Boos et al. (éd.), L’Armorial Le Breton, Paris 2004.

É. Lalou (R.-H. Bautier dir.), Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285–1314), Paris 2007.

J.-F. Comte, Ruffec au Moyen Âge. L’abbaye carolingienne de Nanteuil-en-Vallée et la seigneurie de Ruffec (858–1555), Civray 2010.

F. Menéndez Pidal, Heraldica de la casa real de Leon y de Castilla (siglos XII–XVI), Madrid 2011.

J.-L. Piat, P. Bouvart, L’abbaye de Nanteuil-en-Vallée (Charente). Fin de triennale. Rapport final d’opération archéologique. Antiquité, Moyen Âge et Temps modernes, s.l. 2014.

M. Ferrari, « France et Castille. Les décors héraldiques de l’« Hôtellerie » de l’abbaye de Nanteuil-en-Valée (Charente) », dans T. Hiltmann, M. Metelo de Seixas (dir.), Heraldry in Medieval and Early Modern State-Rooms, actes du colloque (Münster, 16-18 mars 2016), sous presse.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Charles d’Anjou (?) (armoirie 1)

D’azur semé de fleurs de lys d’or, au lambel de gueules ( ?).

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur ouest ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1250-1275 ; 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Rochechouart (armoirie 2)

Fascé ondé et enté d’argent et de gueules.

  • Attribution : Rochechouart, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur ouest ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1250-1275 ; 1275-1300 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie roi de France (armoirie 3)

D’azur semé de fleurs de lys d’or.

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Lusignan (armoirie 4)

Burelé d’argent et d'(azur).

  • Attribution : Lusignan, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Archiac (armoirie 5)

De (gueules) à deux pals (ici trois) de vair, au chef d’or.

  • Attribution : Archiac, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Castille et León (armoirie 6)

Écartelé, au 1 et 4, d’argent au lion de (gueules), lampassé et couronné d’or (León) ; au 2 et 3, de gueules au château d’or (ouvert et ajouré d’azur) (Castille).

  • Attribution : Castille et León ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur ouest ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Bourgogne (armoirie 7)

Bandé d'(azur) et d'(or), à la bordure de gueules.

  • Attribution : Bourgogne, famille de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur ouest ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Bourgogne (armoirie 8)

D'(or) à la bordure d'(argent) …

  • Attribution : Armoirie illisible ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Grande salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur ouest ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Aragon (ou Provence) (armoirie 9)

Palé d’or et de gueules.

  • Attribution : Aragon ; Provence, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Champagne (armoirie 11)

D’azur à la bande d’argent, côtoyée de deux doubles cotices (potencées et contre-potencées) d’or.

  • Attribution : Champagne, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Castille et León (armoirie 10)

Écartelé, au 1 et 4, d’argent au lion de (gueules), lampassé et couronné d’or (León) ; au 2 et 3, de gueules au château d’or (ouvert et ajouré d’azur) (Castille).

  • Attribution : Castille et León ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie roi de France (armoirie 12)

D’azur semé de fleurs de lys d’or.

  • Attribution : Roi de France ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Coucy (armoirie 13)

Fascé de vair et de gueules.

  • Attribution : Coussy, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Champagne (armoirie 14)

Burelé d’argent et d'(azur), au lion de gueules brochant sur le tout.

  • Attribution : Lusignan, Geoffroy II de ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Rochechouart (armoirie 15)

Fascé ondé et enté d’argent et de (gueules).

  • Attribution : Rochechouart, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Manhac (?) (armoirie 16)

Écartelé d’argent et d’azur au lys de l’un dans l’autre.

  • Attribution : Manhac, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie inconnue (armoirie 18)

De gueules plein ( ?).

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Verdiers (?) (armoirie 17)

D’argent à trois bandes de (gueules ?).

  • Attribution : Verdiers, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur de refend ; Mur est ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Lusignan-La Marche (armoirie 19)

Burelé d’argent et de (gueules).

  • Attribution : Lusignan-La Marche, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie inconnue (armoirie 20)

Chevronné d’or et de (gueules).

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie disparue (armoirie 21)

Armoirie inconnue.

  • Attribution : Armoirie inconnue ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Rancon (armoirie 22)

De gueules (semé de losanges) d’or et un pal d’or brochant sur le tout.

  • Attribution : Rancon, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie La Rochefoucauld (armoirie 23)

Burelé d’argent et d'(azur), à trois chevrons de (gueules).

  • Attribution : La Rochefoucauld, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Archiac (armoirie 24)

De gueules à deux pals (ici trois) de vair, au chef d’or.

  • Attribution : Archiac, famille ;
  • Position : Extérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Dreux (armoirie 25)

Échiqueté d’or et d'(azur), à la bordure de gueules, au franc-canton d’hermine.

  • Attribution : Dreux, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie », Nanteuil-en-Vallée. Armoirie Châteauvillain (armoirie 26)

De gueules billeté d’or, au lion d’or brochant sur le tout.

  • Attribution : Châteauvillain, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Étage : 1er étage ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Salle ;
  • Emplacement précis : Mur ouest ; Mur pignon ;
  • Support armorié : Pignon ;
  • Structure actuelle de conservation : In situ ;
  • Technique : Peinture murale ;
  • Période : 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Nanteuil-en-Vallée, abbaye Notre-Dame, « Hôtellerie »

Recherche

Menu principal

Haut de page