ArmmA déménage !

Veuillez nous retrouver en https://armma.saprat.fr. Merci de mettre à jour vos signets et d'utiliser dès à présent le nouveau site.

  • logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • logo CNRS
  • logo Université de Poitiers
  • logo CESCM

ARMMA

ARmorial Monumental du Moyen-Âge

Afficher la recherche

Rechercher dans le site

Recherche héraldique

Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence

Située à une quarantaine de kilomètres au sud de Poitiers, sur les bords de la Dive et à proximité d’une voie de communication importante menant à Bordeaux, l’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Valence aurait été fondée en 1230 par Hugues X de Lusignan, comte de La Marche et seigneur de Couhé (Gallia Christiana t. 2 1720, col. 1359). Construite autour d’une église imposante à trois vaisseaux – premier grand chantier rayonnant de la région (Andrault-Schmitt 1999, p. 110) – elle fut endommagée pendant les guerres de Cents Ans et de Religion (pour une description de l’ensemble voir Brouillet 1865, p. 65 et Lièvre 1869, p. 159). Depuis sa construction, le complexe monastique a fait l’objet de plusieurs interventions de restauration, d’aménagement, d’entretien : des travaux de fortification y furent réalisés au XIVe siècle~; entre la fin du XVe et le début du XVIe, puis, aux XVIIe-XVIIIe siècles des réparations importantes affectèrent l’église et les bâtiments conventuels (Andrault-Schmitt 1999, p. 102). Vendue comme bien national en 1791, l’abbaye servit de carrière pour la production de chaux. Du complexe, presque totalement rasé avant 1837, ne restent que quelques vestiges des édifices annexes (porterie, « grange », réfectoire …) (ibid., p. 102-107).

Entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe des travaux d’envergure furent commandités par Raoul du Fou, abbé de Valence de 1479 à sa mort en 1511 (Gallia Christiana t. 2 1720, col. 1359-1360). Membre d’une famille éminente de la vie politique poitevine et figure exemplaire de l’évergétisme ecclésiastique de la première Renaissance, il était depuis dix ans abbé commanditaire de la non lointaine abbaye de Saint-Junien de Nouaillé-Maupetuis. Pendant son abbatiat il y fit réaliser d’importants travaux – tels la restauration de la sacristie ou la construction du logis abbatial – qu’il signa par l’apposition de son armoirie. Ses armes, associées à celles du roi et de la reine, furent sculptées également sur le portail du prieuré d’Availles, qu’il avait fait renouveler.

Abbaye de Valence, Choué, dans Brouillet 1865, pl. 13.

Abbaye de Notre-Dame de Valence (Couhé), dans Brouillet 1865, pl. 13.

De même, Dom Fonteneau témoigne que les armoiries de Raoul du Fou étaient visibles « en quantité d’endroits de l’église dedans et dehors », notamment sur les voûtes de l’église et sur les deux piliers qui soutenaient le clocher (Dom Fonteneau, t. LXXXI, p. 207, cité par Crozet 1942, p. 171, doc. 665c ; Brouillet 1865, p. 285). Invisible sur le plan du XVIIIe siècle de l’abbaye, ce dernier   surmontait peut-être la croisée du transept. Nous pouvons donc supposer que les armoiries de l’abbé étaient sculptés en relief, dans le premier cas (armoirie 1), sur les clefs des voûtes des cinq travées de la nef – qu’il avait fait construire ou reconstruire – et, dans le deuxième, sur des culs-de-lampe (armoirie 2). La présence des armoiries documentait alors la réalisation d’une restauration de l’église abbatiale dont Raoul du Fou fut le promoteur, entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe.

Armoirie de Raoul du Fou.

Armoirie de Raoul du Fou.

Raoul du Fou se présentait comme le second fondateur de l’abbaye par le biais de l’héraldique, en associant ses armes à celles des véritables fondateurs du monastère et de leurs successeurs immédiats (Lièvre 1869, p. 141) : les Lusignan (armoirie 3) et les Mortemer (armoirie 4), seigneurs de Couhé par héritage de Jeanne de Lusignan, grande mère de Roger IV de Mortemer († 1330). Leurs armoiries, sont mentionnées comme « gravées » à côté de celles de l’abbé encore au XIXe siècle (Broullet 1865, p. 300). Malheureusement, nous n’avons pas d’indications sur l’emplacement de ces armoiries, même si nous pouvons présumer qu’elles étaient reproduites au moins sur leurs tombeaux. Par contre, la fleur de lys qui ornait la tympan de la porte gothique de la « grange » ne semble pas avoir une fonction emblématique. Élément récurrent du vocabulaire ornemental entre le XIIIe et le XVe siècle, elle avait peut-être une fonction symbolique de protection du bâtiment, comme le laisse penser le fait qu’on la retrouve même sur la porte d’une maison de Charroux.

Auteur : Matteo Ferrari

Pour citer cet article

Matteo Ferrari, Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence, http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/monument/abbaye-de-notre-dame-de-valence-couhe/, consulté le 27/01/2020.

 

Bibliographie études

Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. 2, Parisiis 1720.

A.-F. Lièvre, Notes sur Couhé et ses environs, Paris 1869.

P.-A. Brouillet, Indicateur archéologique de l’arrondissement de Civrai, Civray 1865, p. 287

C. Andrault-Schmitt, « L’abbaye de Valence en Poitou et le style gothique des cisterciens », dans Isabelle d’Angoulême, comtesse-reine et son temps (1186-1246), actes du colloque (Lusignan 1996), Poitiers 1999 (Civilisation Médiévale, t. V), p. 97-111.

J. Gervais, L’abbaye de Valence en Poitou splendeur disparue, Fontenay-le-Comte 2001.

F. Tournadre, « De l’aile conventuelle à destination des convers au bâtiment agricole à fonction multiple : le cas des abbayes cisterciennes de Chaloché (Maine-et-Loire), Preuilly (Seine-et-Marne) et Valence (Vienne) », dans In Situ [En ligne], 5, 2004, p. 2-21.

Photographies du monument

Armoiries répertoriées dans ce monument

Abbaye de Notre-Dame de Valence, Couhé. Armoirie Raoul du Fou (armoirie 1)

(De azur à la fleur de lys de argent, soutenant deux tiercelets de argent, affrontés, becqués et membrés d’or).

  • Attribution : Du Fou, Raoul ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Nef ;
  • Emplacement précis : Voûte ;
  • Support armorié : Clef de voûte ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence

Abbaye de Notre-Dame de Valence, Couhé. Armoirie Raoul du Fou (armoirie 2)

(D’azur à la fleur de lys d’argent, soutenant deux tiercelets d’argent, affrontés, becqués et membrés d’or).

  • Attribution : Du Fou, Raoul ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Clocher ;
  • Emplacement précis : Pilier ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Inconnue ;
  • Période : 1475-1500 ; 1500-1525 ;
  • Dans le monument : Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence

Abbaye de Notre-Dame de Valence, Couhé. Armoirie Lusignan (armoirie 3)

(Burelé de argent et de azur).

  • Attribution : Lusignan, famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : 1225-1250 ; 1250-1275 ; 1275-1300 ; 1300-1325 ;
  • Dans le monument : Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence

Abbaye de Notre-Dame de Valence, Couhé. Armoirie Mortemer (armoirie 4)

(Fascé d’or et d’azur de 6 pièces, au chef tiercé en pal, au 1 tranché d’or et d’azur, au 2 palé d’or et d’azur, au 3 taillé d’or et d’azur, à un écusson d’argent à la bande de gueules posé en cœur).

  • Attribution : Mortemer (Morthemer), famille ;
  • Position : Intérieur ;
  • Pièce / Partie de l'édifice : Inconnue ;
  • Emplacement précis : Inconnu ;
  • Support armorié : Inconnu ;
  • Structure actuelle de conservation : Disparue ;
  • Technique : Image gravée ;
  • Période : Datation inconnue ;
  • Dans le monument : Couhé, abbaye de Notre-Dame de Valence

Recherche

Menu principal

Haut de page